Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La BCE cherche à alléger le coût des liquidités excédentaires-sources
Reuters27/03/2019 à 14:34

 (Actualisé avec précisions, citations de Draghi, cours de
Bourse)
    FRANCFORT, 27 mars (Reuters) - La Banque centrale européenne
(BCE) planche sur différentes options visant à abaisser la
charge pour les banques de leurs liquidités excédentaires
qu'elles déposent auprès de l'institut de Francfort, afin de
compenser l'impact des taux de dépôts négatifs résultant de la
politique ultra-accommodante de la BCE, ont indiqué deux sources
à Reuters.
     Aucune proposition n'a encore été présentée à ce sujet mais
l'objectif visé serait de rendre aux banques une partie des plus
de sept milliards d'euros d'intérêts versés par les banques
chaque année à la BCE, précise une des sources.
    Le taux de dépôt de la BCE étant négatif, à -0,40%, les
banques rémunèrent de facto la banque centrale pour garder en
sécurité leurs liquidités excédentaires au jour le jour.
    Un taux de dépôt "par palier" signifierait que les banques
seraient en partie exemptées de payer un intérêt de 0,40% par an
à la BCE sur ces liquidités excédentaires, ce qui soutiendrait
leurs bénéfices alors que le secteur est confronté à un
ralentissement inattendu de la croissance.
    Instaurer un taux progressif reviendrait toutefois à laisser
entendre que les taux resteront bas pendant très longtemps, ce
qui pourrait entrer en contradiction avec le discours actuel de
la BCE selon lequel les taux resteront à leurs bas niveaux
record jusqu'à l'année prochaine seulement, a dit une des
sources.
    D'un autre côté, les mouvements sur les marchés financiers
suggèrent que les investisseurs n'attendent plus de relèvement
du taux de dépôt avant pratiquement deux ans.
    Selon les sources, le travail engagé est au niveau du
"staff" de la BCE et n'a pas encore été présenté pour discussion
au Conseil des gouverneurs.
    Un porte-parole de la BCE a refusé de commenter ces
informations.
    
    LES VALEURS BANCAIRES EN FORTE HAUSSE
    Lors sa réunion de mars 2016, le Conseil des gouverneurs
avait débattu des mérites d'un taux des dépôts par palier mais
n'avait pas retenu cette possibilité.
    Le taux des dépôts négatif en vigueur depuis 2014 pour
écarter la menace de déflation pénalise les banques ayant
beaucoup de liquidités comme cela est le cas en Allemagne et en
France.
    Avec le ralentissement de la croissance, la BCE a repoussé
début mars le calendrier de sa première hausse de taux
post-crise et elle est disposée à la reporter encore si
nécessaire, a déclaré mercredi son président Mario Draghi.
 
    Les liquidités excédentaires dans la zone euro ont fortement
augmenté en conséquence du programme d'achats d'actifs de 2.600
milliards d'euros de la BCE mené jusqu'à fin 2018.
    Des taux progressifs ont été introduits sous différentes
formes au Japon, au Danemark, en Suède et en Suisse ces
dernières années. Selon les sources, les équipes de la BCE
planchent sur diverses options depuis des années.
    Dans un discours prononcé mercredi à une conférence à
Francfort, Mario Draghi a affirmé que la BCE devait réfléchir,
"si nécessaire, à la possibilité de mesures permettant de
préserver les implications favorables des taux négatifs sur
l'économie tout en atténuant leurs effets secondaires."
    "Ceci dit, une rentabilité faible des banques n'est pas une
conséquence inévitable des taux négatifs", a-t-il ajouté.
    Les informations de Reuters ont fait bondir l'indice Stoxx
des banques de la zone euro  .SX7E  qui gagnait 1,82% à 13h30
GMT.
    Commerzbank  CBKG.DE  grimpait de près de 7%, Deutsche Bank
 DBKGn.DE  s'adjugeait 4,3% et l'indice FTSE des banques
italiennes  .FTIT8300  avançait de 2,75%. 
    A Paris, Crédit Agricole  CAGR.PA  signait la plus forte
hausse du CAC 40  .FCHI  avec un gain de plus de 5%, Société
générale  SOGN.PA  prenait 3,4% et BNP Paribas  BNPP.PA  3,1%.
    

 (Balazs Koranyi, Frank Siebelt et Francesco Canepa, Juliette
Rouillon et Véronique Tison pour le service français, édité par
Marc Angrand)
 

Valeurs associées

Euronext Paris -0.64%
Euronext Paris -0.38%
Euronext Paris +0.19%
Euronext Paris -0.40%
Euronext Paris 0.00%
XETRA -0.20%
XETRA -0.36%
DJ STOXX -0.23%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer