Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La Banque du Japon peut-elle relancer l'économie nippone ? (Cercle des analystes indépendants)

Boursorama29/01/2016 à 15:04

Le Japon est de nouveau menacé par un risque de déflation malgré la croissance du bilan de la BoJ sous l'effet des relances monétaires. Source : RF Research.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, la Banque du Japon (BoJ) a décidé d’abaisser son principal taux directeur en territoire négatif, à -0,10%. Ce taux était maintenu à +0,10% depuis 2008. Pour Véronique Riches-Flores, la mesure risque d’être insuffisante contre le risque déflationniste.

« Le but est atteint : l’instauration de taux négatifs par la BOJ au terme de son comité de politique monétaire a permis de faire repasser le yen au-dessus de 120 USD ce matin » affirme Véronique Riches-Flores, membre du Cercle des analystes indépendants.

Avec une monnaie moins « forte », le Japon pourrait en effet légèrement regagner en compétitivité sur le plan international, tout en retrouvant davantage d’inflation. Un objectif poursuivi pour la banque centrale du Japon depuis 2013, alors que le yen, à 80 JPY pour 1 USD en 2012, était considéré comme un frein majeur à la dynamique économique nippone.

Le passage du taux directeur de la BoJ en territoire négatif peut-il avoir un effet positif durable sur l’économie japonaise ? Probablement pas. « En l’absence d’un accroissement de son programme d’achat de titres, la politique monétaire de la BOJ risque fort de n’avoir qu’un impact limité sur ce qui constitue, à l’évidence, son premier objectif, le taux de change du yen, notamment si la BCE revient à la charge comme M. Draghi nous l'a laissé entendre », évoque Véronique Riches-Flores.

La BCE poursuit en effet elle aussi une politique d’assouplissement monétaire à travers son plan de « quantitative easing », qui a participé l’an dernier à une baisse de l’euro face au dollar, et pourrait encore y participer à l’avenir. Or, la baisse de l’euro fait concurrence à la baisse du yen.

Suffisant pour contrer les risques de déflation ?

L’intérêt, pour la Banque du Japon, n’est pas seulement de jouer sur le taux de change du yen face aux autres monnaies. « Plus fondamentalement, cette décision confirme la recherche d’autres moyens pour contrer les pressions déflationnistes », sans passer par « l’accroissement "pur et simple" du bilan de BOJ, dont le montant est en passe de franchir la barre de 80% du PIB du pays », soulève Véronique Riches-Flores.

Le risque de déflation menace en effet de nouveau le dynamisme de l’économie japonaise, et ce risque n’est pas simple à contrer. « La partie n’est pas gagnée à en juger par les statistiques calamiteuses publiées cette nuit : contraction de 1,4 % de la production industrielle au mois de décembre, écrasement des dépenses de consommation de 4,4 % sur douze mois en décembre, baisse de l’inflation annuelle de 0,3% à 0,2% entre novembre et décembre quand, la région de Tokyo renouant avec un taux d’inflation négatif de -0,3% en janvier », soulève l’économiste.

Face à ces chiffres, la maigre modification du taux directeur de la banque centrale ne semble pas en mesure de créer à lui seul un véritable levier de relance pour le pays. En somme, « le passage en taux négatif (…) ressemble assurément plus à du bricolage d’une banque centrale dans l’impasse qu’à quoi que ce soit de convaincant », termine l’économiste.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

3.1 -0.96%
0.821 +0.61%
CGG
2.148 -1.74%
1.164 -0.12%
1.18 -1.67%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.