Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« La baisse d'impôts, pour quoi faire ? »

Boursorama14/09/2015 à 10:36

Après avoir augmenté lourdement les impôts en début de quinquennat, François Hollande veut les baisser pour les ménages aux revenus modestes et moyens.

Comme le Président de la République s’y est engagé, les impôts baisseront en 2016. Outre la question de savoir comment cette baisse sera financée, certains s’interrogent sur le réel impact d’une telle décision. Alain Trannoy dissocie la dimension politique de la dimension économique.

S’il fallait décrire l’œuvre réformatrice du Président de la République, François Hollande, en matière fiscale, nul doute que l’expression de pointilliste (par allusion au pointillisme en peinture) s’imposerait. Pas une année du quinquennat sans des retouches importantes ou mineures au système fiscal.

Après avoir lourdement augmenté la pression fiscale au titre de l’impôt sur le revenu en début de mandat, poursuivant là l’œuvre de son prédécesseur - ce qui a eu pour conséquence de casser la reprise qui s’annonçait - ; après avoir considérablement amoindri l’avantage fiscal autour des enfants avec le quotient familial, et l’introduction d’une modulation des allocations familiales en fonction du revenu ; après avoir annoncé le prélèvement à la source pour 2018, François Hollande s’est résolu à apparaître comme un converti de la baisse de l’impôt pour les ménages aux revenus modestes et moyens. Ce faisant, comme un peintre impressionniste, il revient sur sa toile en apportant une touche de rose là où la couleur sombre dominait.

Pour quoi faire ? D’un point de vue politique, la réponse est évidente. Là où Nicolas Sarkozy avait commencé par baisser les impôts en début de mandat pour les augmenter en fin de mandat, François Hollande utilise sa dernière cartouche, l’impôt sur le revenu acquitté en 2016, pour faire l’inverse : diminuer les impôts en fin de mandat après les avoir augmenté au début. La séquence est plus adroite sur le plan politique, avec un montant sur deux ans de 5 milliards d’euros, et un centrage cette année sur ce que Michel Sapin a appelé « le cœur du cœur de la classe moyenne ».

Cette baisse compense la hausse de deux impôts plus indolores, la TVA et la taxe carbone – qui va être augmentée au 1er janvier 2016 –, et celle d’un impôt qui généralement ne laisse pas indifférent : la taxe d’habitation. Car on oublie de le mentionner, cette baisse d’impôt est financée par une baisse des dépenses publiques, et pour l’instant l’action la plus vigoureuse en matière de dépenses publiques a été la très nette réduction des concours de l’Etat aux collectivités locales, en partie compensée par une hausse des impôts locaux.

Sur le plan macroéconomique, cette baisse cumulée sur deux ans n’aura qu’un impact modeste sur l’activité, d’autant qu’elle sera compensée par des baisses de dépenses publiques. Sur un plan microéconomique, cette baisse est obtenue en manipulant un mécanisme qui s’appelle la décote. Ce dispositif permet de diminuer l’impôt quand celui-ci est inférieur à un certain seuil et, de ce fait, d’en exempter un certain nombre de contribuables à revenus modestes.

Jusqu’en 2013, la décote ne présentait qu’un aspect anecdotique. Contre toute attente, le Président Hollande en fait un outil de réforme fiscale. Ce choix est discutable car il aboutit à augmenter les taux marginaux pour les petits contribuables qui restent imposés dans la première tranche et donc à décourager de reprendre un emploi.

Alain Trannoy

Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Marseille, agrégé et docteur d’Etat en économie, Alain Trannoy dirige l’Aix-Marseille School of Economics et a dirigé le directeur de l’Institut d’économie publique de Marseille. Il est notamment membre du Conseil économique et du développement Durable et du CAE.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.