1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'once d'or, grande gagnante du retour de l'aversion au risque
Boursorama16/08/2019 à 10:05

Au creux de l'été, la relique barbare opère un retour en grâce remarqué.  En hausse de 17% depuis le début de l'année, l'once d'or vient s'est installée confortablement au-dessus du seuil des 1 500 dollars, un niveau qui n'avait pas été atteint depuis 2013.  A l'instar des autres valeurs refuges, le cours du métal jaune profite du regain d'aversion au risque des marchés boursiers. Il faut dire qu'entre les tensions commerciales, la matérialisation du ralentissement économique et les rendements négatifs de certaines obligations, les facteurs de soutien ne manquent pas pour la relique barbare.

Depuis un an, le bras de fer commercial qui oppose la Chine aux Etats-Unis alimente l'aversion au risque. Chaque jour apporte son lot de nouvelles déclarations de Donald Trump. Si les dernières nouvelles sont plutôt rassurantes, le président américain ayant décidé de repousser l'instauration d'une hausse des droits de douane sur les importations de produits chinois, le mal est fait. Car au-delà du spectre du protectionnisme, les marchés pâtissent surtout de l'absence de visibilité quant à l'issue du conflit commercial. L'incertitude domine la tendance, ce qui incite les investisseurs à privilégier les valeurs refuges, dont l'or, qui pourrait selon une note de Goldman Sachs, franchir le cap des 1600 $ l'once d'ici la fin de l'année.

Coup de frein de la croissance mondiale

Victime collatérale de la guerre commerciale, l'économie allemande, dont le modèle repose avant tout sur les exportations, s'est contractée de 0,1% au deuxième trimestre. 

La veille, c'était la croissance de la production industrielle chinoise, au plus bas depuis 17 ans, qui lançait un signal d'alarme. Cette dernière a progressé de 4,8% en juillet en rythme annuel, d'après le Bureau national de la statistique (BNS), une croissance inférieure aux prévisions des économistes interrogés par Reuters qui tablait sur une hausse de 5,8%. 

Alerte sur les marchés obligataires américains 

Autre signal inquiétant, le passage en territoire négatif des taux courts américains. La courbe des rendements à deux et dix ans s'est inversée, ce qui n'était pas arrivé depuis 2007. Or pour les observateurs, l'inversion de la courbe des taux ainsi que le passage en territoire négatif du 2 ans américain est considéré comme un signe précurseur de récession.

Face au regain d'aversion au risque, aux craintes de récession et alors que les marchés obligataires atteignent des niveaux stratosphériques, les investisseurs privilégient les valeurs refuges, dont l'or, qui renoue avec ses plus hauts de 6 ans, à 1517 dollars l'once à l'heure de la clôture européenne.

A lire aussi : Marchés : l'or est-il enfin sorti de sa torpeur ? 

FL (redaction@boursorama.fr)

12 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aigle_noir
    18:28

    Gold , Gun , Getaway

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer