Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'industrie chimique a accéléré en 2014, prudence pour 2015

Reuters24/03/2015 à 12:16

APRÈS UNE CROISSANCE ACCÉLÉRÉE EN 2014, LE SECTEUR FRANÇAIS DE LA CHIMIE SE MONTRE PRUDENT

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Le secteur français de la chimie, dont la croissance s'est accélérée en 2014 grâce à une forte contribution des exportations, aborde 2015 avec prudence même si sa compétitivité devrait bénéficier de l'impact des baisses conjointes des cours du pétrole et de l'euro, déclare Philippe Goebel, le président de l'Union des industries chimiques.

L'an dernier, l'industrie chimique a enregistré une poussée de 2,9% en volume (+1,3% en 2013) et son chiffre d'affaires s'est stabilisé à 82,4 milliards d'euros.

Dans le même temps, sa balance commerciale a établi un record historique à 7,4 milliards d'euros, dopée par une hausse de 1,9% de ses exportations à 54,7 milliards d'euros tandis que ses importations ont diminué de 1,8% à 47,3 milliards.

Tous les secteurs ont participé à l'embellie de l'industrie, avec un rattrapage de la production en chimie organique (+5,6%), après plusieurs années de contraction, tandis que les savons, parfums et produits d'entretien ont réalisé une avancée significative (+3,9%) pour la deuxième année consécutive.

"A la fin 2014, l'industrie chimique en France est en volume en progression de 5% par rapport à son meilleur niveau d'avant le début de la crise en 2008, alors que l'ensemble de l'industrie est en baisse de 16%", souligne Philippe Goeble dans une interview accordée à Reuters.

C'est dans ce contexte que l'UIC table pour 2015 sur un gain de 2% en volume, dont 1% pour la chimie organique et 3,5% pour le secteur des savons, parfums et produits d'entretien.

"On a voulu être prudents", explique Philippe Goebel, soulignant que la croissance du secteur en volume en 2014 est bien supérieure à celle de 1,5% à 2% l'an enregistrée pendant longtemps et que sa progression ne peut pas être linéaire.

LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE "EST UNE CHANCE"

Pour autant, le président de l'UIC considère que l'embellie conjoncturelle actuelle réduit mais n'annule pas le désavantage de la chimie française par rapport à ses concurrents des Etats-Unis et du Moyen-Orient dont les coûts en énergie sont plus faibles, les Américains bénéficiant de l'exploitation massive du gaz de schiste interdite en France.

"C'est mon message aux pouvoirs publics: le prix de l'énergie reste un point de vigilance pour la chimie française et il faut profiter de la situation actuelle pour prendre des mesures structurelles qui nous permettront de tenir le coup le jour où les prix du pétrole remonteront, parce que tôt ou tard ils remonteront", plaide-t-il.

Il pointe au passage le poids que font peser sur la compétitivité de la chimie française une fiscalité de production plus lourde qu'en Allemagne, leader européen du secteur en Europe, et une réglementation bien plus contraignante que celles que subissent les acteurs internationaux.

En revanche, la transition écologique "est une chance pour l'industrie chimique", affirme Philippe Goeble en expliquant que la mise en oeuvre de solutions innovantes profite aux grands clients de la chimie que sont notamment les secteurs de l'emballage, du bâtiment ou de l'automobile.

Au sixième rang mondial derrière la Chine, les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne et la Corée du Sud, l'industrie chimique française compte 3.300 entreprises, dont 95% de PME.

Arkema, avec un chiffre d'affaires de 6 milliards d'euros, est le numéro un français du secteur, loin derrière le leader mondial, l'allemand BASF, qui avec ses presque 75 milliards d'euros de ventes annuelles pèse moins de 3% d'un marché mondial évalué en 2013 à 3.160 milliards d'euros.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.464 +0.81%
7.25 +1.47%
14.37 +2.06%
50.49 -2.21%
2.984 -1.73%
25 -1.03%
70.16 +0.86%
23.18 +3.02%
78.95 -1.56%
87.26 +0.39%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.