1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'endettement des entreprises préoccupe les investisseurs-BAML
Reuters15/01/2019 à 15:25

    LONDRES, 15 janvier (Reuters) - L'inquiétude des
investisseurs liée à l'endettement des entreprises a atteint son
plus haut niveau depuis dix ans, un facteur qui s'ajoute aux
craintes de guerre commerciale à grande échelle, montre mardi
l'enquête mensuelle de Bank of America Merrill Lynch auprès des
gérants. 
    Ces derniers jugent parallèlement que le dollar est l'actif
le plus suracheté - devant les valeurs technologiques - pour le
deuxième mois consécutif, tandis que la guerre commerciale est
en tête de liste des risques majeurs pour les marchés pour le
huitième mois d'affilée. 
    Pour la première fois depuis 2009, l'endettement des
entreprises est considéré comme le principal motif de
préoccupation par les gestionnaires de fonds interrogés par
BAML, avec un solde net de 48% le jugeant excessif. 
    Près de la moitié des professionnels interrogés ont dit
qu'ils préfèreraient que les entreprises utilisent leurs
liquidités pour renforcer leur bilan plutôt que pour accroître
leurs investissements (39%) ou pour récompenser leurs
actionnaires (13%). 
    
       
    Le jugement des investisseurs sur l'évolution des bénéfices
des entreprises est parallèlement tombé à son plus bas niveau
depuis 2008, avec un solde net de 52% tablant sur une
détérioration au cours de l'année à venir. 
    Les prévisions de croissance se sont elles aussi dégradées
avec un solde net de 60% anticipant un ralentissement de la
croissance au cours des 12 prochains mois, au plus haut depuis
juillet 2008.
    Mais les investisseurs s'attendent à une "stagnation
séculaire" et non à une récession, précisent les responsables de
la stratégie de BAML: ils ne sont que 14% à tabler sur une
contraction de l'économie mondiale cette année. 
    "La bonne nouvelle, c'est que les anticipations d'inflation
ont chuté, ce qui permet aux investisseurs d'anticiper une
position plus souple de la Fed et (...) une pentification de la
courbe des rendements", ajoute BAML.
    En Europe, les perspectives de croissance et la part des
actions dans les allocations ont atteint leurs plus bas niveaux
depuis sept ans, montre aussi l'enquête. 
    Les actions britanniques restent les moins attirantes pour
les investisseurs, avec un solde net de 39% des gérants
européens prévoyant de les sous-pondérer sur les 12 mois à
venir. 
    "L'incertitude du Brexit augmente au fur et à mesure que
l'on se rapproche de la date limite, avec pour conséquence que
la part des gérants de fonds jugeant le sterling sous-évalué est
au plus haut depuis la création de l'enquête il y a 17 ans",
écrivent les stratèges de la banque américaine. 
    A noter aussi, le plus bas de huit ans de la part des
valeurs automobiles dans les allocations d'actifs. 
    Plus généralement, les gérants européens se montrent de plus
en plus défensifs, le positionnement sur les valeurs cycliques
par rapport aux défensives revenant à un plus bas de trois ans. 
    
    

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Most crowded trade    https://tmsnrt.rs/2AKbOji
Biggest tail risk - BAML    https://tmsnrt.rs/2ALTmGG
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Helen Reid; Marc Angrand pour le service français, édité par
Patrick Vignal)
 

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 15/01/2019 à 15:25:53.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer