Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'argent de la corruption passe toujours par les banques suisses

Le Point01/09/2016 à 11:40

Alors que la Suisse ne cesse de donner des gages de bonne volonté, et promet la fin du secret bancaire dès 2018, les établissements financiers ne paraissent pas très pressés d?abandonner leurs vieilles habitudes. 

Dilma Rousseff, la présidente du Brésil, a été destituée mercredi par le Sénat, à une large majorité, pour maquillage des comptes publics. L'événement n'a guère étonné les Suisses, car depuis plus d'un an, ils suivent régulièrement dans la presse locale l'affaire Petrobas (du nom d'une société pétrolière), cet immense scandale de corruption qui secoue le Brésil. Une opération policière baptisée Lava Jato (« lavage auto »). Dès mars 2015, le ministère public de la Confédération annonçait que 400 millions de dollars avaient été bloqués dans 30 établissements basés en Suisse !

Se référant à un rapport d'audition, le quotidien Le Temps, basé à Lausanne, citait déjà huit banques suisses, installées à Genève : Banque Safra, HSBC, Royal Bank of Canada, Banque Cramer, Lombard Odier, Pictet, Julius Baer, Banque PKB. Il s'agit d'un système de corruption assez classique : pour obtenir des marchés, il fallait donner aux « bonnes ?uvres », comprenez aux très gourmands politiciens brésiliens, qui réclamaient autour de 3 % du montant des contrats. La Coupe du monde de football 2014 et les Jeux olympiques de 2016 n'ont pas échappé à ce racket.

L'argent sale reste très rémunérateur

Depuis une décennie, l'argent versé par des entrepreneurs arrivait sur des comptes dans des banques à Genève, à Zurich et à Lugano, les trois principales places financières...

Lire la suite sur Le Point.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    01 septembre12:55

    Tout pays non inféodé à un système socialo est évidemment source de toutes les malversations. Uniformisons la fiscalité, non pas au niveau européen mais mondial...on peut rêver......

    Signaler un abus

  • y.batard
    01 septembre12:16

    Facile de taper sur les banques suisses... si argent de corruption, il y a 1) cela signifie que certains veulent des pots-de-vin, 2) que d'autres sont prêts à les verser (par exemple, huer un président africain parce qu'il est corrompu par des entreprises françaises sans même s'offusquer que ces entreprises acceptent de payer - après entre l'oeuf et la poule...)Par ailleurs, avec les différentes manoeuvres précédentes, on se demande où pourra aller: dans le Delaware ? à Reno ? ...

    Signaler un abus

  • heimdal
    01 septembre12:14

    On peut légitimement se demander pourquoi Bruxelles ne prend pas de mesures contre la Suisse ...à moins que .

    Signaler un abus

  • salar12
    01 septembre12:05

    Comme d'habitude les suisses sont impunément complices des pires exactions de la planète, y compris la corruption qui est le principal frein au développement. Et que l'on ne vienne pas dire que seuls les banquiers sont concernés, tout le pays est complice et en profite.

    Signaler un abus

  • M7097610
    01 septembre12:05

    pour l'Afrique, ce sont les banques françaises. Les suisses ne sont pas responsables des dirigeants corrompus... Je n'accuse pas ma voiture de mal conduire !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

4.22175 +0.21%
0.82 -2.96%
22841.12 +1.29%
76.95 +0.71%
0.77 +4.62%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.