Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

L' appétence des Français pour le risque a diminué depuis 2004
information fournie par Newsmanagers04/06/2021 à 10:15

(NEWSManagers.com) - Crise des subprimes en 2008, des dettes souveraines en 2011, réformes fiscales, doutes sur l' avenir du système de sécurité sociale... Les facteurs d' incertitudes qui ont pesé, ces deux dernières décennies, sur les décisions d' investissement des Français sont nombreux. Résultat : la dernière enquête patrimoine (1) de l' Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) apprend que le taux de détention d' actifs risqués a baissé de 5 points entre 2004 et 2015 (24,2 % contre 20,5 %). La part de ménages actionnaires en direct est passée de 15 % à 11 %, celle de détenteurs de fonds communs de placements (FCP) de 7 % à 3 %. Seule la part des ménages souscripteurs de contrats d' assurance vie risqués en unités de compte (UC) augmente, de 9 % à 12 %.

Entre 2015 et 2018 en revanche, le taux de détention d' actifs risqués tend à se stabiliser, voir à augmenter légèrement, portée par la hausse des contrats en UC (+ 2 points). Dans le même temps, les souscriptions en euros occupent 26 % du patrimoine financier, après avoir augmenté de 9 points entre 2004 et 2015. Depuis 2018, le patrimoine des ménages comprend 20 % d' actifs financiers, dont près d' un tiers d' actifs risqués (assurances vie en UC, actions ou FCP en actions). " La prudence marquée des épargnants après la crise semble donc moins prégnante aujourd' hui " , avance prudemment l' Insee. L' Institut précise par ailleurs qu' il est encore trop tôt pour connaître les effets de la réforme de la fiscalité du capital intervenue à cette date, qui avait notamment supprimé l' impôt sur la fortune et introduit la flat tax.

Une prépondérance des actifs réels

Le patrimoine brut des ménages reste dominé par les actifs réels, notamment immobiliers : la part du patrimoine financier n' est que de 56.200 euros sur un patrimoine moyen de 276.000 euros. Il se compose en majorité des compte-chèques et comptes d' épargne (36 %) ainsi que d' assurance vie et d' épargne retraite (40 %). Les valeurs mobilières ne représentent que 14 % du total. Sur les 30 % du patrimoine financier qui comportent des actifs risqués, 17 % concernent les assurances vie en UC, 12 % les actions et seulement 1 % les fonds communs de placement (FCP).

Le patrimoine financier est réparti de manière plus inégalitaire encore que le patrimoine non financier. En 2018, la moitié des ménages ont un patrimoine financier inférieur à 11.100 euros, contre 61.800 euros pour le dernier décile. Or, l' appétence au risque est clairement corrélée au patrimoine financier disponible : seuls 10 % des ménages parmi les 20 % les plus modestes détiennent des actifs risqués, contre la moitié du dernier décile.

Peu de ménages actionnaires en Europe

En Europe comme en France, peu de ménages sont actionnaires. Dans la zone euro, seul un ménage sur cinq détient des valeurs mobilières. La structure du patrimoine financier des ménages européens varie en revanche considérablement d' un pays à l' autre : en Italie, les produits liquides représentent plus de la moitié du patrimoine financier des ménages, contre 35 % en Espagne et 39 % pour la France en 2018. L' Italie se distingue également par la place prépondérante qu' occupent les valeurs mobilières – un tiers du patrimoine financier – et notamment les obligations (17 %). L' assurance vie et l' épargne retraite ont été largement diffusées dans les patrimoines financiers français, contrairement à l' Allemagne (25 %).

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.