1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Intermittents du spectacle : une réforme impossible ? » par Françoise Benhamou du Cercle des économistes

Boursorama10/06/2014 à 12:50

Le déficit du régime des intermittents dépasse le milliard d'euros par an.

La grogne des intermittents ne faiblit pas. On discute de l'ampleur du déficit. Les réformes succèdent aux réformes. Les pétitions circulent. Les annulations de spectacle se multiplient. Et le dossier patine. Economiste de la culture, Françoise Benhamou revient les enjeux du dossier.

Rappelons-le. Les artistes et les techniciens du spectacle et de l'audiovisuel bénéficient d'un régime d'indemnisation particulier destiné à compenser l'irrégularité et les courtes durées de leurs contrats. Selon le Ministère de la Culture, les effectifs intermittents sont passés de 110.914 en 2000 à 154.446 en 2009, pour des durées moyennes par contrat qui ont diminué de 6,1 à 4 jours et un nombre moyen de contrats par intermittent passé de 10 à 15,2 dans le même temps.

Plus d'ayants droits, avec plus de contrats mais de plus en plus courts... L'intermittent « moyen » n'est ni riche ni favorisé, alors même que le déficit du régime atteint le milliard d'euros selon la Cour des Comptes, un déficit accusé de creuser le trou de l'assurance-chômage : pour la Cour des Comptes les 254.000 salariés inscrits à l'annexe VIII (techniciens, cadres et ouvriers du spectacle vivant et de l'audiovisuel) et à l'annexe X (artistes) versent des cotisations s'élevant à 232 millions d'euros, et les salariés indemnisés (106.000) reçoivent 1,263 milliard d'euros de prestations. Le solde négatif atteint 1,031 milliard en 2010. Les intermittents contestent ce calcul en arguant que la disparition du régime conduirait à une baisse de 420 millions d'euros des prestations versées, mais aussi à un recul de 100 millions d'euros des cotisations encaissées. Le surcoût ne serait donc « que » de 320 millions d'euros.

La réforme récente instaure un système de droits rechargeables mais durcit le régime ; elle touche au différé d'indemnisation (nombre de jours retardant le versement de la première allocation, calculé à partir des salaires perçus et des heures effectuées). Elle doit entrer en vigueur le 1er juillet après avoir obtenu l'agrément du ministère du Travail.

Comment comprendre l'enlisement du dossier ? La question est double : premièrement, nombre d'artistes et de techniciens ont pu embrasser la carrière grâce à ce régime. Revenir dessus, même à la marge, ruine des trajectoires professionnelles et met en question un modèle établi de très longue date. Deuxièmement, le régime a servi et sert encore de système indirect de soutien public à l'offre culturelle, dont le financement est in fine assumé par les salariés (via l'UNEDIC) ; il est progressivement devenu un des éléments de l'équilibre financier des entreprises de l'audiovisuel et des compagnies de spectacle, qui évitent de payer par exemple, les répétitions, dès lors que l'artiste a atteint le nombre d'heures nécessaires à son éligibilité. Dans un contexte de recul du budget du ministère de la culture, de difficultés pour les collectivités locales à assumer le soutien à l'activité culturelle, toucher même à la marge au régime de l'intermittence peut porter un coup fatal à certains pans très fragiles de l'offre culturelle.

A quelques semaines de l'ouverture des grands festivals, alors que l'industrie du tourisme profite largement de l'image culturelle de notre pays, la réforme demeure un défi impossible.

Françoise Benhamou

Françoise Benhamou est professeur d'économie à l'Université de Paris 13, membre du Collège de l'ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), et également Expert à l'UNESCO, membre du Comité directeur de l'Association française de sciences économiques (AFSE) et présidente de l'ACEI (Association for Cultural Economics International).

Ses principaux domaines d'expertise sont l'économie de l'énergie et du changement climatique, l'économie de réseaux, l'économie des télécommunications, l'économie industrielle.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

103 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dlabore
    18 juin19:02

    tu bosses a mi temps,t'es paye a mi temps !!!

    Signaler un abus

  • alex.arn
    12 juin16:41

    Les intermittents ne peuvent pas créer un caisse spéciale, sauf si on y intègre les employés à temps plein des mêmes boites de production. Car ces employés à temps pleins n’auraient plus de travail sans le concours des intermittents.

    Signaler un abus

  • alex.arn
    12 juin16:41

    Par contre, il est vrai que de grosses boites de prod en audiovisuel utilisent le système de manière scandaleuse... F... 2 par exemple pour ne pas les nommer... J’y ai travaillé... Mais comme vrai intermittent pour ma part. il faut contrôler et sévèrement punir en cas d’abus

    Signaler un abus

  • tdh
    11 juin17:58

    Supprimer la TRICHE déjà et ils gagneront 1/3 du déficit.Toutes ces société de Prod qui emploient du personnel administratif à temps partiel en leur attribuant un FAUX statut d'intermittent.. TRICHEURS ET VOLEURS....

    Signaler un abus

  • M7097610
    11 juin16:08

    le medef demande la même chose que la cfdt ! que ce régime spécial ne plombe plus le régime général ! Sinon, autant étendre ce régime à l'ensemble des chômeurs et on double les cotisations chômage : La hausse des charges sociales est tellement d'actualité.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.