1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Il y a un risque de Guerre froide, prévient un diplomate russe
Reuters28/03/2018 à 04:40

    SYDNEY, 27 mars (Reuters) - L'ambassadeur russe en Australie
a affirmé mercredi que la communauté internationale pourrait se
retrouver dans une situation de Guerre froide si les
gouvernements occidentaux venaient à poursuivre leurs mesures
répressives à l'égard de Moscou, après la tentative d'assassinat
d'un agent double russe.
    "L'Ouest doit comprendre que cette campagne contre la Russie
n'a pas d'avenir", a déclaré Grigory Logvinov auprès de
journalistes à Canberra. 
    "Si elle continue, nous nous retrouverons plongés dans une
situation de Guerre froide", a-t-il ajouté.
    Moscou nie être responsable de l'attaque au gaz innervant
perpétrée contre l'ancien agent double Sergueï Skripal au début
du mois, à Salisbury, en Angleterre.
    Européens et Nord-Américains ont annoncé lundi une série
d'expulsions de diplomates russes après cette tentative
d'assassinat, que le gouvernement britannique impute à la
Russie.  
    L'Australie a dit mardi qu'elle allait expulser deux
diplomates russes, poussant Grigory Logvinov à s'exprimer.
    "Il n'y a aucune preuve (de la responsabilité de la Russie).
Les Britanniques s'entêtent à ne pas donner de preuve", a-t-il
dit.
    La semaine dernière, Londres a expulsé 23 diplomates russes
présentés comme des "agents du renseignement sous couverture" et
suspendu les relations bilatérales avec la Russie. Moscou a
répliqué en expulsant le même nombre de diplomates et en
ordonnant la fermeture du British Council.  

 (Colin Packham, Jean Terzian pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer