Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grèce : les banques rouvriront-elles la semaine prochaine ?

Boursorama19/06/2015 à 16:16

Le défaut grec semble imminent, mais les prochaines réunions d'urgence laissent une maigre lueur d'espoir.

Aucun accord n’a été trouvé entre la Grèce et ses créanciers lors du sommet de l’Eurogroupe de jeudi, mais la BCE a relevé le plafond de son aide vendredi. Une réunion d’urgence est programmée lundi. Malgré le sentiment d’un défaut imminent, une lueur d’espoir subsiste. Quelques déclarations inquiètent tout de même.

Un pas de plus vers l’inconnu : jeudi, la réunion de l’Eurogroupe s’est déroulée dans une ambiance délétère et n’a débouché sur aucune décision sur le sort des finances grecques.

Une petite phrase de Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, a été retenue par les médias. Lorsque Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe, lui a demandé jeudi soir si les banques grecques pourraient encore ouvrir dans les jours à venir, Benoît Cœuré aurait répondu : « demain vendredi, oui, lundi je ne sais pas ».

L’inquiétude domine de manière évidente alors que tous les intervenants semblent bel et bien en train de se diriger vers le scénario d’un imminent défaut grec. « La situation commence à devenir dangereuse. Les retraits des banques grecques s’accélèrent et la réunion de jeudi ne va pas rassurer les épargnants grecs », expliquent Les Echos.

Lueur d’espoir

Malgré ces alertes, une petite lueur d’espoir subsiste, et permettait même aux marchés de s’afficher dans le vert en cours de journée, le CAC40 s’appréciant de 0,25% vendredi à 16h15.

D’une part, une conférence téléphonique a été décidée en urgence vendredi à la BCE, pour réunir le conseil des gouverneurs. Celle-ci a eu lieu entre 12h et 13h ce vendredi, heure française. L’objet de cette réunion était de discuter du relèvement du plafond de l’aide d’urgence (ELA) accordée aux banques grecques. Malgré la mauvaise tournure des discussions de la veille, le conseil des gouverneurs a décidé d'augmenter le plafond de l’aide, sans en révéler publiquement le montant.

D'autre part, une nouvelle réunion d’urgence se tiendra lundi à Bruxelles entre la Grèce, ses créanciers, l’UE et le FMI. Cette réunion est considérée comme l’ultime chance de s'accorder sur la solution la moins mauvaise possible entre les différents intervenants, et ainsi « éviter le scénario du pire ». Malgré les violents désaccords d’hier, le gouvernement grec a indiqué qu’il « travaille maintenant à un succès » de cette réunion. Cette affirmation est, certes, à prendre ou à laisser. Néanmoins, on notera un changement de ton par rapport aux déclarations ayant précédé la réunion de l’Eurogroupe de jeudi. Avant celle-ci, la plupart des négociateurs, notamment Yanis Varoufakis, avaient déjà déclaré qu’aucun accord ne serait trouvé.

« La multiplication des réunions d'urgence devrait désormais rapidement améliorer la visibilité », expliquaient ainsi les stratégistes de Crédit Mutuel-CIC vendredi matin, repris par l’AFP.

Le choix de l’UE ou de la Russie

L’activation d’un plan B reste néanmoins de plus en plus probable. Hier, alors que le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis était présent à la réunion de l’Eurogroupe, le Premier ministre Alexis Tsipras était quant à lui à Saint-Pétersbourg pour participer au forum économique international qui s’y tenait.

Le développement des relations économiques grecques avec la Russie doit également se poursuivre aujourd’hui, alors qu’Alexis Tsipras rencontrera le président russe Vladimir Poutine en cours de journée. L’objet de la rencontre est de discuter du projet de gazoduc « Turkish Stream » développé par Gazprom, projet par ailleurs désapprouvé par le gouvernement américain. La discussion pourrait néanmoins être l’objet d’autres sujets plus politiques.

Impossible de ne pas apercevoir, à travers cette rencontre, la préparation d’une éventuelle solution d’urgence dans laquelle la Russie viendrait au secours de la Grèce si celle-ci venait à faire défaut vis-à-vis des institutions européennes. La Russie était déjà intervenue dans ce type de situation lors de la « faillite islandaise » de 2008, où les banques du pays avaient été emportées par la crise des subprimes et que la couronne islandaise avait été drastiquement dévaluée.

Xavier Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

0.766 -0.52%
4.898 +1.20%
2107.11 +0.29%
16.38 -1.33%
5590 +0.18%
16.05 -1.53%
141.6 +0.21%
63.4 +0.63%
87.86 +1.13%
87.12 +0.23%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.