Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

GDF Suez, candidat tout désigné aux projets de cession de l'Etat

Reuters15/12/2014 à 17:44

par Geert De Clercq

PARIS (Reuters) - Une nouvelle réduction de la participation de l'Etat français au capital de GDF Suez pourrait constituer la première opération d'envergure du programme de cessions d'actifs envisagé par le gouvernement, estiment sources et analystes du secteur.

Elle s'inscrirait dans le cadre de la vente de cinq à dix milliards d'euros d'actifs dans les 18 prochains mois, dont quatre milliards serviront au désendettement de l'Etat comme prévu par le projet de loi de finances 2015, annoncé en octobre par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

Si les entreprises du secteur de la Défense pourraient elles aussi y contribuer, Emmanuel Macron et la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, ont clairement indiqué que les participations de l'Etat dans l'énergie seraient en première ligne.

Leurs propos ont déclenché des spéculations sur une éventuelle vente d'une partie de 84,5% du capital d'EDF que l'Etat détient, qui valent aujourd'hui près de 36 milliards d'euros, dans la mesure où la loi prévoit un seuil minimum de détention publique de 70% pour l'entreprise.

Mais une combinaison de facteurs industriels et politiques rend plus probable une nouvelle vente d'actions GDF Suez, certains analystes évoquant jusqu'à 10% du capital qui vaudraient autour de cinq milliards d'euros, pour une participation total déjà réduite de 36,7% à 33,6% depuis une cession en juin.

PLUS DÉLICAT POUR EDF

"L'énergie est le secteur le plus probable pour des cessions mais, entre GDF Suez et EDF, on sent que le nucléaire est le secteur le plus sensible", estime Loïc Dessaint, directeur général de la société de conseil aux investisseurs Proxinvest.

Une source gouvernementale souligne elle aussi qu'une cession de titres EDF serait plus délicate politiquement.

Pour une deuxième source gouvernementale, la plus grande internationalisation de GDF Suez rend l'entreprise moins sensible sur la scène nationale et en fait donc un candidat plus probable aux cessions qu'EDF.

Et si l'Etat ne pouvait légalement détenir moins du tiers du capital de l'ancien monopole gazier en vertu d'une loi de 2006, deux nouveaux textes lui permettraient de passer sous ce seuil dès l'an prochain.

Sans nommer GDF Suez, Ségolène Royal a laissé entendre le mois dernier que le gouvernement pourrait recourir à la loi dite "Florange", datant de fin mars, qui permet à l'Etat, comme à tout autre actionnaire détenant des titres nominativement pendant deux ans, des droits de vote doubles dans les sociétés publiques et l'autorise ainsi à réaliser des cessions d'actions tout en gardant le même contrôle de ces sociétés.

Cette loi précise d'ailleurs que, dans des entreprises comme GDF Suez, l'Etat peut réduire temporairement sa participation en dessous du seuil minimal requis à condition d'atteindre ce seuil de détention du capital ou des droits de vote dans un délai de deux ans.

Ce dispositif devrait être complété dans la Loi Macron au cours des prochains mois par un texte exonérant l'Etat de l'obligation de lancer une OPA s'il repassait au-dessus d'un tiers des droits de vote de GDF Suez.

Le gouvernement et GDF Suez n'ont pas souhaité s'exprimer sur le sujet.

(Avec Jean-Baptiste Vey et Yann Le Guernigou, édité par Benjamin Mallet et Cyril Altmeyer)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.