Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-Une forte part de renouvelables envisageable sous conditions
Reuters27/01/2021 à 12:12

(Actualisé avec conférence de presse)

par Benjamin Mallet

PARIS, 27 janvier (Reuters) - Le système électrique français serait techniquement en mesure de fonctionner avec une forte proportion d'énergies renouvelables en 2050 sous réserve de conditions strictes aux coûts potentiellement élevés, selon un rapport du gestionnaire des lignes à haute tension RTE et de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) publié mercredi.

Le document souligne que la durée de vie des centrales nucléaires françaises est estimée à 60 ans et que la plupart ne fonctionneront donc plus en 2050, deux options étant ainsi possibles : remplacer certains réacteurs par de nouveaux tout en développant les énergies renouvelables, ou les substituer intégralement par des renouvelables et ainsi parvenir à terme à un système alimenté uniquement par celles-ci.

Alors que ces deux options induisent chacune une augmentation significative de l'éolien et du photovoltaïque, dont la production est par définition variable, le gouvernement a demandé à RTE et à l'AIE d'étudier les conditions et la faisabilité de scénarios dans lesquels le système reposerait sur des parts "très élevées" d'énergies renouvelables.

Il ressort de leurs conclusions que des "conditions strictes" devront être remplies pour permettre cette évolution, sur le plan technique et avec une sécurité d'approvisionnement assurée.

Parmi ces conditions figurent le développement de solutions technologiques pour maintenir la stabilité du système, celui de "sources de flexibilité" (pilotage de la demande, stockage à grande échelle, centrales de pointe et interconnexions), la constitution de nouvelles "réserves opérationnelles" et des efforts "substantiels" consacrés au développement des réseaux à partir de 2030.

Le rapport de RTE et de l'AIE souligne que l'évaluation économique de ces conditions dépasse son cadre mais que "les coûts peuvent être substantiels et que l'atteinte de ces exigences a des implications techniques et sociales profondes", ce qui rend nécessaire d'autres études pour évaluer les différentes options qui permettront d'atteindre la neutralité carbone en France d'ici à 2050.

UNE FEUILLE DE ROUTE "TRÈS VOLONTARISTE" SERA NÉCESSAIRE

RTE estime qu'en 2050, en France, entre 40 et 60 gigawatts de capacités pilotables supplémentaires de production, de stockage et de flexibilité seraient nécessaires pour assurer la couverture de la consommation dans l'hypothèse d'un mix comportant essentiellement des énergies renouvelables, a précisé lors d'une conférence de presse son président, Xavier Piechaczyk.

"C'est l'équivalent de trois à quatre fois le parc hydroélectrique français d'aujourd'hui qu'il faudrait ajouter. Cela représenterait un rythme d'installation de ces moyens, entre 2035 et 2050, de plus trois à plus quatre gigawatts par an. Franchir ce cap suppose la mise en oeuvre d'une feuille de route industrielle très volontariste", a-t-il ajouté.

Le document de RTE et de l'AIE précise que, si la France décidait de s'appuyer sur les seules énergies renouvelables pour remplacer les réacteurs nucléaires en fin de vie, la part des renouvelables dans sa production d'électricité atteindrait environ 85 à 90% en 2050 et 100% en 2060.

Selon un bilan établi par Observ'ER, la Fédération des collectivités concédantes et régies (FNCCR) et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), les énergies renouvelables ont couvert environ 27% de la consommation électrique de la France l'an passé (sur la période octobre 2019-septembre 2020).

RTE prévoit par ailleurs de présenter à l'automne 2021 un autre rapport élaborant et comparant différents scénarios de transformation à long terme du système électrique français pour atteindre la neutralité carbone en 2050.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

EDF
Euronext Paris -1.12%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Dailan
    03 février17:01

    Avec des si on arriverait à mettre Paris en Bouteille...Idem pour cette étude qui comporte tellement de conditions qu'elle en devient risible.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer