Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Pas plus de 1,2% de hausse par an pour les dépenses locales

Reuters22/09/2017 à 19:28
    * Une hausse des dépenses limitée à 1,2% par an 
    * Un bonus malus en 2009, une règle d'or sur le quinquennat 
    * Les dotations maintenues en 2018 
 
    PARIS, 22 septembre (Reuters) - Le gouvernement a demandé 
vendredi aux collectivités locales de ne pas augmenter leurs 
dépenses de fonctionnement de plus de 1,2% par an pour 
contribuer à l'effort de 60 milliards d'euros sur les dépenses 
publiques prévu sur le quinquennat. 
    Les ministres de l'Intérieur et des Comptes publics, Gérard 
Collomb et Gérald Darmanin, ont annoncé en outre la mise en 
place, à compter de 2019, d'un système de bonus-malus pour 
inciter les collectivités à respecter ce plan de marche. 
    "Le gouvernement a fait le choix de la confiance", a déclaré 
Gérard Collomb à l'issue d'une réunion avec les associations de 
collectivités locales.  
    A l'inverse des méthodes de l'exécutif précédent, "il a 
décidé de ne pas baisser de manière unilatérale les dotations 
aux collectivités locales (...) ce que nous demandons aux 
collectivités locales, c'est par leur libre arbitre de pouvoir  
faire baisser leurs dépenses de 13 milliards d'euros pendant le 
quinquennat, à charge pour elles de savoir comment les baisser". 
    Le ministre a cité, entre autres possibilités, de constituer 
des groupements d'achats ou des changements de structures pour 
les collectivités concernées.  
    Par comparaison, l'effort imposé aux collectivités par les 
précédents gouvernements, sous forme de baisse des dotations, a 
représenté 10,7 milliards d'euros entre 2015 et 2017  
    Alors qu'il les présentait à l'origine comme une baisse 
nette, le gouvernement d'Edouard Philippe a fait un geste envers 
les élus locaux en acceptant que ces économies, l'équivalent de 
2,6 milliards par an, soient calculées par rapport à une hausse 
tendancielle de leurs dépenses. 
     
    RÈGLE D'OR 
    Gérald Darmanin n'a rien dit du référentiel retenu pour cela 
mais a indiqué que, dans les faits, l'exécutif attendait que la 
hausse de ces dépenses soit limitée à 1,2% par an hors inflation 
sur la durée du quinquennat. 
    Comme le président Emmanuel Macron et son Premier ministre 
l'ont annoncé  , cette contrainte ne concernera que 
les 319 collectivités les plus grandes - régions, départements, 
communauté d'agglomération de plus de 150.000 habitants et 
villes de plus de 50.000 habitants - qui représentent les deux 
tiers des dépenses totales.      
    Le pacte prendra la forme d'un contrat global mais aussi  
d'un accord individuel négocié avec les préfets afin de 
l'adapter aux situations individuelles. 
     Dès 2019, un système de bonus malus sera mis en place, dont 
les modalités restent à négocier, pour récompenser les 
collectivités vertueuses, par exemple sous la forme de dotations 
d'investissement, et pénaliser les plus dépensières, avec la 
menace d'un retour à la baisse des concours de l'Etat. 
    Le gouvernement veut aussi mettre en place d'ici la fin du 
quinquennat une "règle d'or", dans le but de favoriser la 
soutenabilité financière des collectivités qui fixerait un 
plafond à leur ratio de dette rapportée à la capacité 
d'autofinancement.  
    En attendant, les deux ministres ont confirmé que les 
concours de l'Etat aux collectivités seraient maintenus en 2018, 
avec notamment une hausse de 0,4% de la dotation globale de 
fonctionnement, et que l'Etat prolongerait le même niveau de 
subventions d'investissement, 1,8 milliard d'euros, qu'en 2017 
après leur forte hausse (+77%) intervenue ces trois dernières 
années. 
    "Je crois que la discussion que nous avons eue avec les 
associations s'est bien passée parce que ce que nous leur avons 
annoncé correspondait à ce qu'elles souhaitaient", a dit Gérard 
Collomb   
     
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.