Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

France-L'Insee prévoit une croissance du PIB de 1,2% en 2015

Reuters18/06/2015 à 22:15

* Pouvoir d'achat et consommation attendus en nettes hausses * L'investissement des entreprises prendrait le relai de la consommation * Stabilisation du chômage à un niveau toujours élevé par Jean-Baptiste Vey PARIS, 18 juin (Reuters) - L'Insee prévoit que le produit intérieur brut de la France croîtra de 1,2% cette année et que le chômage se stabilisera à un niveau toujours élevé au second semestre. Cette prévision de croissance, supérieure à celle du gouvernement (1%), "confirme que la France est clairement rentrée dans une phase de reprise de l'activité", s'est félicité le ministre des Finances, Michel Sapin, dans une déclaration transmise à Reuters. Dans sa note de conjoncture publiée jeudi, l'institut de la statistique confirme prévoir une progression du PIB de 0,3% au deuxième trimestre 2015, après +0,6% au premier, puis 0,3% au troisième et 0,4% au quatrième. La croissance économique atteindrait le rythme de 1,6% fin 2015, le plus rapide depuis fin 2011 et suffisant pour absorber la hausse de la population active. "Il y a dix ans, avec un tel scénario, on n'aurait pas forcément parlé de reprise", a déclaré Vladimir Passeron, chef du département de la conjoncture de l'Insee. "Aujourd'hui, on parle de reprise parce qu'on vient de passer trois années avec une croissance en moyenne annuelle de 0,4%." En 2014, la croissance du PIB n'avait été que de 0,2%. Le regain de croissance cette année viendrait principalement de l'accélération du pouvoir d'achat des ménages (+1,9% en 2015, soit sa plus forte hausse depuis 2007, après 1,1% en 2014) et donc de leur consommation (+1,6%, après 0,6%). A ce niveau, la croissance serait plus faible en France que la moyenne de la zone euro (+1,4% sur l'année, +0,4% au T1 comme au T2 et +0,5% au T3 comme au T4), souligne l'Insee, l'Allemagne et l'Espagne tirant cette reprise. Elle devrait cependant permettre la création de 41.000 postes dans le secteur marchand contre -45.000 en 2014, les entreprises profitant notamment du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) et du Pacte de responsabilité et de solidarité. L'Insee continue d'estimer à 20.000 par trimestre les créations d'emplois liées à ces dispositifs, soit 80.000 sur 2015. TAUX DE CHÔMAGE STABILISÉ À 10,4% L'emploi total progresserait de 114.000 postes en 2015, après +41.000 en 2014, avec une nette accélération au deuxième semestre (+71.000) portée par le secteur marchand. Après une légère baisse du taux de chômage au sens du Bureau international (BIT) du travail au premier trimestre, à 10,3% de la population active et 10,0% en métropole, l'Insee estime qu'il atteindra 10,4% au deuxième trimestre et 10,1% en métropole, des niveaux auquel il se maintiendra sur le restant de l'année. "Au deuxième trimestre 2015, les créations d'emplois seraient encore trop ténues pour absorber la hausse de la population active. En revanche, la hausse attendue de l'emploi au second semestre serait suffisante pour stabiliser le chômage", a déclaré Laurent Clavel, chef de la division synthèse conjoncturelle. "Le chômage pourrait même baisser si le découragement des chômeurs seniors perdure", a-t-il ajouté, un phénomène qui explique en partie le recul du taux de chômage au premier trimestre. La progression des salaires ralentirait, à 1,4% en 2015, après 1,6% en 2014. Le taux d'épargne serait stable sur un an, à 15,1% fin 2015. Au second semestre, a ajouté Vladimir Passeron, "les dépenses d'investissements des entreprises pourraient prendre le relai de la consommation des ménages qui est quasiment le seul moteur jusqu'à présent". Contrairement à l'investissement des ménages, attendu en forte baisse en raison de la déprime de l'immobilier, l'investissement des entreprises accélèrerait (+0,3% au T2, +0,6% au T3 et +0,8% au T4). Il bénéficierait de perspectives de demandes interne et externe plus favorables, d'une nette hausse du taux de marge des entreprises (à 31,3% au T4) grâce au CICE, au Pacte de responsabilité et à la baisse des cours du pétrole, et de conditions de financement facilitées par la politique accommodante de la Banque centrale européenne. Les entreprises exportatrices profiteraient du niveau de l'euro et d'une reprise de l'activité mondiale après "un coup de froid" au premier trimestre, avec des exportations en hausse de 5,2% sur l'année contre 2,4% en 2014. L'inflation se redresserait mais resterait faible d'ici fin 2015 (+0,6%), l'inflation sous-jacente restant basse (+0,4%). La note de conjoncture sur le site de l'Insee : http://www.insee.fr/fr/ Les indicateurs français en temps réel ECONFR Les indicateurs de la zone euro en temps réel ECONEZ LE POINT sur la conjoncture française ECO/FR (Edité par Marc Joanny)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.