1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France et zone euro : une conjoncture décevante (infographies)

Boursorama14/08/2015 à 16:51

La croissance est restée molle en zone euro au second trimestre malgré le plan de relance de la BCE.

Au second trimestre (T2 2015), l'activité économique française a stagné. Dans l’ensemble de la zone euro, la croissance et l’inflation sont ressorties à de faibles niveaux. Ces statistiques ont déçu, et pesaient sur les indices boursiers européens vendredi 14 août.

La journée de vendredi a été marquée par la publication de nombreux indicateurs économiques en zone euro. Parmi eux : la croissance française du second semestre, qui a déçu en stagnant face au trimestre précédent, alors que les analystes prévoyaient une légère progression de 0,2%.

La croissance zéro en France au T2 s’explique notamment par le mauvais chiffre de la consommation des ménages. Celle-ci n’a progressé que de 0,1% au dernier trimestre, alors qu’elle avait progressé de 0,9% au trimestre précédent.

Les chiffres de la conjoncture française ont été mitigés au second semestre.

La croissance de l’ensemble de la zone euro est également ressortie à un niveau faible au T2, en hausse d’un timide 0,3%. « Du point de vue des attentes des marchés, ce ralentissement du rythme de la croissance a été quelque peu décevant », commente Azad Zangana, économiste Europe chez Schroders. Revenant en particulier sur le cas de l’Allemagne, Azad Zangara remarque : « l’économie allemande a affiché un niveau de croissance de 0.4%, ce qui ne constitue pas un sérieux dérapage si l’on prend en considération que les attentes des marchés se situaient à 0.5% ».

L’économiste de Schroders  estime néanmoins que « malgré un ralentissement de la croissance économique en zone euro au deuxième trimestre, nous nous attendons toujours à voir une accélération sur le deuxième semestre, principalement grâce au coup de pouce donné au pouvoir d’achat des ménages par la faiblesse persistante des prix du pétrole ».

La croissance européenne n'a été que de 0,3% au dernier trimestre.

La contraction des prix du pétrole participe en revanche à entretenir la très faible inflation (+0,2% au mois de juillet), considérée comme un problème pour la zone euro. Le plan de relance de la BCE (« quantitative easing »), actif depuis le mois de mars, semble peiner à combattre le risque déflationniste qui concerne toujours le Vieux continent.

L’inflation est ressortie négative dans de nombreux pays européens. « En juillet 2015, des taux annuels négatifs ont été observés dans onze États-membres. Les taux annuels  les plus faibles ont été observés à Chypre (-2,4%), en Roumanie (-1,4%) ainsi qu'en Grèce (-1,3%). Les taux annuels les plus élevés ont quant à eux été enregistrés à Malte (1,2%), en Autriche (1,1%) et en Belgique (0,9%) », commente Eurostat.

Le risque déflationniste reste toujours présent en Europe.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • crcri87
    14 août17:33

    Mon beau Sapin, roi des benêts......

    Signaler un abus

  • quoa
    14 août17:22

    en bloquant les retraites qu'est ce qu'il croit je ne depenserais surement pas plus jusqu'a ce qu'il dégage

    Signaler un abus

  • M1961G
    14 août17:12

    hollande est responsable de la décroissance en france . sa politique est désastreuse pour l'économie . les riches ont quittés le navire . hollande spolie la classe moyenne pour compenser , mais il a cassé la croissance car impôt ou consommation , il faut choisir . pour ma part j'ai intégré l'impôt dans la consommation et continu à épargner comme avant . je resortirais mes noisettes en 2017 .

    Signaler un abus

  • M1961G
    14 août17:08

    hollande est le pire président que la france ait connu . d'ailleurs hollande est il encore "lé"gitime" quand on sait que 80% des français souhaitent son départ .

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.