Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

ENTRETIEN MARCHÉS-Le "high yield" injustement mal aimé-Generali Investments
Reuters23/10/2020 à 12:19

par Patrick Vignal

PARIS, 23 octobre (Reuters) - Le marché de la dette d'entreprise classée en catégorie spéculative par les agences de notation ("high yield") est traité à tort avec méfiance par les investisseurs, dit-on chez Generali Investments.

Ce segment du marché du crédit, qui présente l'intérêt d'offrir du rendement dans un univers obligataire où il se fait rare, mérite un meilleur sort, dit à Reuters Benoist Grasset, gérant de portefeuille obligataire pour la branche de gestion d'actifs de l'assureur italien.

Inquiets du risque de défaut sur le "high yield", les investisseurs sont souvent plus à l'aise avec la dette classée en catégorie investissement ("investment grade"), explique-t-il.

"Les gens n'aiment pas trop le high yield", dit-il avant de souligner la sous-performance de ce segment par rapport à la dette "investment grade" pendant le rebond qui a suivi la dislocation du mois de mars.

"Le risque de défaut est consubstantiel au marché du high yield et il faut l'accepter", ajoute-t-il. "Au mois de mars, les gens s'attendaient à un taux de défaut considérable or il n'y en pratiquement pas eu, et uniquement sur des noms somme toute confidentiels, comme Selecta."

Protégé comme l'ensemble du marché du crédit par les mesures de soutien rapides et massives prises par les banques centrales et les gouvernements pour limiter les dégâts sur l'économie de la crise sanitaire, le marché du "high yield" a en outre bénéficié de l'arrivée de nombreux "anges déchus" ("fallen angels"), à savoir d'émetteurs ayant quitté l'"investment grade" après une dégradation de leur note de crédit, ajoute le gérant.

"Quand vous regardez l'indice 'high yield' aujourd'hui, il est de bien meilleure qualité qu'il pouvait l'être il y a trois ou quatre ans", dit-il.

LA DETTE SUBORDONNÉE BANCAIRE À CONSIDÉRER

"Vous avez pratiquement 70% des émetteurs qui sont notés 'BB', donc dans la partie de meilleure qualité, parce qu'il y a eu des 'BBB' qui ont été dégradés" précise Benoist Grasset.

"Jamais on n'a eu une telle proportion de 'BB', donc vous avez un marché du 'high yield' dans son ensemble qui n'a jamais été d'aussi bonne qualité."

Il convient cependant d'être sélectif pour approcher un marché dont les deux extrêmes, soit les émetteurs notés "BB" et "CCC", ont bien performé tandis que le ventre mou, peuplé par les émetteurs notés "B", souffrait davantage avec une dispersion importante, détaille le gérant.

"Dans le marché du 'high yield', plutôt que les noms qui sont revenus à leurs niveaux pré-COVID et sont lourdement endettés comme Netflix NFLX.O , nous préférons nous concentrer sur les titres portés par une dynamique qui leur est propre, comme par exemple Tereos TEREO.UL ", dit-il.

"Il y a plein d'incertitudes, c'est une évidence, mais la reprise est là et le commerce reprend, ce qui nous conduit à nous intéresser à des titres plus cycliques", ajoute-t-il.

"Il y a un thème que nous suivons particulièrement qui est la dette subordonnée bancaire, en sachant que les banques, dans cette crise, sont la solution et non pas le problème."

Si le marché du "high yield" n'est pas à l'abri de turbulences, il pourrait bénéficier à terme d'un coup de pouce si la Banque centrale européenne décidait d'imiter la Réserve fédérale en ajoutant cette classe d'actifs à sa liste de courses.

"Des achats de titres 'high yield' par la BCE seraient évidemment un facteur de soutien pour ce marché", explique Benoist Grasset. "Nous ne l'excluons pas mais nous ne pensons pas qu'elle le fera dans l'immédiat."

(édité par Jean-Stéphane Brosse)

Valeurs associées

MIL 0.00%
NASDAQ +1.08%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 23/10/2020 à 12:19:36.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer