1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dans l'Hegxagone, UBI devient UBP AM France
Newsmanagers03/03/2017 à 10:30

(NEWSManagers.com) - Union Bancaire Gestion Institutionnelle (UBI), la société de gestion française du groupe suisse Union Bancaire Privée (UBP), va adopter le nom commercial UBP Asset Management France. La société genevoise ne pouvait jusqu'ici utiliser cette marque en France, car elle avait été déposée par une autre banque. Mais étant tombée récemment dans le domaine public, UBP peut désormais l'employer. Cela pourra permettre d'envisager des développements nouveaux, par exemple sur les conseillers en gestion de patrimoine indépendants. Sous réserve, toutefois, de disposer d'une offre qui réponde à cette clientèle. " J'aimerais bien développer les CGP " , a indiqué Nicolas Faller, CEO Asset Management de l'UBP, lors d'une conférence à Paris. " Mais il faudrait une offre dédiée et nous n'en avons pas actuellement " .

Or, UBP ne cherche pas à se développer tout azimut. " L'erreur que font la plupart des sociétés de gestion est de vouloir tout faire elles-mêmes " , a constaté Nicolas Faller. " Mais dans un secteur où les marges sont au mieux stables et où les coûts augmentent, si on n'a pas un produit dans le top 10, il est très compliqué d'avoir un développement commercial " , poursuit-il. " Il ne sert à rien d'avoir des produits au milieu du pack. Cela mobilise du capital qui serait mieux alloué ailleurs. De plus, lorsqu'on veut tout faire, il y a beaucoup de choses que l'on fait mal et cela nuit à la réputation " , poursuit-il.

" Ce qu'on fait, on essaie donc de bien le faire. Sinon, on arrête et on trouve un partenaire " . Dans cette logique, UBP a noué plusieurs partenariats dans le domaine de la gestion d'actifs - sur les actions japonaises, américaines et allemande - et elle vient de signer un partenariat de co-gestion avec Partners Group dans la dette privée. De plus, dans le cadre de sa Sicav luxembourgeoise de hedge funds Ucits, la société commercialise des stratégies qu'elle a repérées. Elle va d'ailleurs prochainement en ajouter deux nouvelles dans les mois qui viennent.

Nicolas Faller estime que ce mode de fonctionnement a plus de sens que des acquisitions. En effet, dans l'asset management, les rachats sont difficiles et les dénouements souvent malheureux. " Il y a peu d'acquisitions qui n'ont pas détruit de la valeur " , juge-t-il. En revanche, les recrutements d'équipes peuvent être pertinents.

D'autres partenariats verront donc probablement le jour. Nicolas Faller regarde différentes classes d'actifs comme les infrastructures, l'immobilier ou le private equity. " Mais il faut trouver une société qui partage les mêmes valeurs " , nuance-t-il.

UBP a également passé deux partenariats commerciaux avec la banque scandinave SEB et Scor Global Investors afin de distribuer leurs expertises à l'international. UBP envisage aussi de décliner le concept avec d'autres acteurs, notamment aux Etats-Unis afin de diffuser ses produits dans cette région du monde.

A fin 2016, UBP gérait 33,4 milliards de francs suisses en gestion d'actifs après avoir enregistré des souscriptions nettes de 1 milliard de francs suisses sur l'année. Cela constitue un ralentissement par rapport aux années précédentes et à la collecte moyenne annuelle de 3,4 milliards de francs suisses entre 2012 et 2016. Pour Nicolas Faller, cela s'explique par le fait que la gestion active a souffert l'an dernier. Mais il entrevoit une " bonne année 2017 " . D'ailleurs, en janvier, la société a collecté 500 millions de francs suisses, notamment sur le haut rendement, le " mortgage" danois, les actions japonaises et les taux émergents. De plus, elle a levé 200 millions en janvier et février dans le cadre de son partenariat avec Partners Group.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

6010.98 -0.58%
1.10885 -0.05%
62.75 -2.70%
30.32 -0.35%
47.8 -0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer