Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Crise de la construction: Nexity va supprimer 502 postes
information fournie par Boursorama avec AFP 25/04/2024 à 18:44

Nexity va supprimer 502 postes pour faire face à la profonde crise de la construction, a annoncé jeudi le premier promoteur immobilier français.

( AFP / LUDOVIC MARIN )

( AFP / LUDOVIC MARIN )

"Nous avons confirmé à nos partenaires sociaux que le processus d'information-consultation préalable au déploiement d'un plan de sauvegarde de l'emploi sera engagé et il concernera la suppression de 502 postes", a déclaré à la presse le directeur général délégué du groupe, Jean-Claude Bassien.

"Nous avons poursuivi nos actions en termes de réduction de notre base de coûts d'exploitation" a-t-il aussi souligné.

Ce plan social avait été annoncé fin février, sans que le groupe ne précise alors combien de postes seraient concernés.

"Il n'y aura aucun départ au titre du PSE avant l'automne, et plutôt fin octobre", a précisé Jean-Claude Bassien, compte tenu des procédures légales.

Le coût de ce plan pour le groupe est estimé à environ 50 millions d'euros, indique dans un communiqué Nexity, qui prévoit d'en tirer 36 millions d'euros d'économies dès 2025, puis 45 millions par an.

Ce sont les effectifs du pôle Promotion-construction qui sont concernés, lesquels auront diminué de 27% par rapport à 2022. Cette année-là, Nexity employait quelque 2.800 personnes dans sa branche promotion.

Près de 400 personnes ont déjà quitté le groupe avant même la mise en oeuvre du plan social, a dénoncé à l'AFP le délégué syndical CFDT de cette branche, Emmanuel Brie.

"On va se battre pour qu'il y ait au maximum de la mobilité et des départs volontaires", a-t-il déclaré.

Le premier promoteur immobilier français employait 8.185 personnes fin 2023, soit environ 300 de moins que fin 2022, le groupe ayant déjà mis en place un non-remplacement des départs pour s'adapter à la conjoncture.

Depuis, quelque 3.100 collaborateurs supplémentaires ont quitté le groupe lors de la cession de la filiale Nexity Services (devenue Evoriel) au fonds d'investissement Bridgepoint.

Les liquidités tirées de cette vente (400 millions d'euros) serviront au désendettement et permettront à Nexity de mettre en oeuvre "sans attendre" sa restructuration.

- "Bas de cycle" -

Ce plan social est le plus important annoncé cette année par un promoteur, la filiale immobilière de Bouygues ayant annoncé 225 suppressions de postes à venir, tandis que Vinci Immobilier a annoncé un plan social non chiffré pour l'heure.

Comme ses concurrents, Nexity est pris en étau entre le renchérissement des coûts de construction, provoqué par les tarifs des matériaux et une réglementation environnementale plus stricte, et l'effondrement de la demande, causé par les difficultés d'accès au crédit et la fin progressive de dispositifs fiscaux incitatifs.

La Fédération française du bâtiment table sur 90.000 suppressions d'emplois en 2024 dans l'ensemble du secteur.

Au premier trimestre, les réservations de logements de Nexity ont chuté de 29% en nombre et 22% en valeur par rapport au premier trimestre 2023, indique le groupe, précisant cependant que les ventes au détail (aux particuliers) ne baissaient plus.

"On est clairement au bas du cycle", a affirmé Jean-Claude Bassien.

Le chiffre d'affaires du groupe s'est érodé de 14% à 770 millions d'euros.

Le promoteur espère repartir de l'avant, notant quelques indices positifs pour l'avenir, notamment le léger reflux des taux de crédit, ou le fait que les réservations reprennent, du fait d'efforts du groupe sur ses prix de vente.

Mais la crise structurelle du logement n'est pas près de prendre fin, a alerté dans Le Figaro la PDG Véronique Bédague.

"Je ne vois pas d'amélioration rapide de la situation. Chaque baisse de taux d'intérêt nous donnera un peu d"air, mais cela prendra du temps. Et il y aura toujours un délai entre l'annonce d'une baisse et le moment où les banques se remettent à prêter", a-t-elle affirmé.

Le plan de restructuration du groupe implique également une décentralisation renforcée et des économies sur les "frais généraux et immobilier", qui, avec la réduction de la masse salariale, doivent réduire ses coûts de 95 millions d'euros par an.

Pour pallier la crise dans la promotion immobilière, Nexity s'est engagé dans une diversification, en se lançant dans l'énergie solaire ou les produits d'épargne.

Il entend également accélérer son développement dans la transformation d'espaces déjà construits pour devancer les impératifs de zéro artificialisation nette.

Valeurs associées

9,42 EUR Euronext Paris +1,29%

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.