Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Coronavirus : les stratégies des gérants d’actifs pour naviguer dans la tempête
information fournie par H24 Finance pour Boursorama11/03/2020 à 18:54

Jusqu'ici les marchés s'étaient montrés complaisants par rapport au développement du coronavirus en Chine, mais sa propagation en Corée du Sud et en Italie notamment, a mis le feu aux poudres. Les places boursières mondiales ont connu ces derniers jours leur pire semaine depuis 2008. L'indicateur de volatilité du marché américain, le VIX, a même dépassé 45 en fin de mois soit un record depuis presque 10 ans.

Dans un tel contexte, les Bourses des pays développés ont accusé un recul proche de 9% au mois de février tandis que les marchés émergents dévissent de seulement 5%. Cela peut paraître contre-intuitif, mais les mesures drastiques prises par les dirigeants chinois ont rassuré les investisseurs.

Au niveau sectoriel, ce sont les valeurs cycliques qui en pâtissent le plus. Les secteurs de l'énergie et des financières paient un lourd tribut en accusant des baisses respectives de 15% et 10% sur le mois. Dans cet environnement incertain, qu'ont fait les gérants ?

Prise de risques

On ne pourra pas reprocher aux fonds patrimoniaux/diversifiés de ne pas être flexibles. En effet, on a assisté à des mouvements d'ampleur sur le mois, quand bien même les directions sont différentes. Certains ont choisi de profiter de la conjoncture actuelle pour prendre du risque.

C'est le cas par exemple de Carmignac Emerging Patrimoine dont l'exposition aux actions a été passée de 29 à 39% dans la baisse. De même pour Keren Patrimoine : son gérant, Raphaël Elmaleh (également président de Keren Finance) a investi 4 % du cash afin de porter l'exposition du fonds à 34% en actions (pour un maximum de 35%).

Un mouvement similaire a été observé pour Sanso Convictions (Sanso IS) qui passe de 32 à 35% d'actions dans les derniers jours du mois. Le gérant considère en effet que le point d'entrée est attractif dans une perspective de moyen terme. Le fonds Echiquier ARTY de La Financière de l'Echiquier s'est également montré dynamique. Composé à 33% d'actions fin janvier, puis à 29% en milieu de mois, il est finalement remonté à 34,5% via la levée des couvertures.

Parallèlement, on observe un changement de plus grande importance sur Tikehau Income Cross Assets. L'exposition nette du fonds était proche des plus bas historiques à 15% avant d'être réhaussée à 35% sur la séance du jeudi 27 février. Dans ce cas précis, ce sont surtout les positions en titres qui ont été réévaluées, passant de 40 à 60% grâce à des achats à bon compte.

Un arbitrage prudent chez certains gérants

A l'inverse, d'autres gérants ont préféré arbitrer leurs portefeuilles avec prudence. La position du fonds Echiquier Allocation Flexible tranche avec celle d'Echiquier ARTY en diminuant sa poche actions de 53% à seulement 20%, via la mise en place de couvertures. Dans le même temps, les obligations d'Etat américaines ont été renforcées.

La précaution est également de mise chez Lazard Frères Gestion. Dès lors que l'épidémie s'est propagée à l'Europe, la gestion a réduit l'exposition aux actions de Lazard Patrimoine d'environ 10% et a remonté la sensibilité aux taux d'intérêt de -2 à +1, le 21 février. Une semaine plus tard, à la suite de la forte baisse observée sur l'ensemble des marchés, le premier signal du mécanisme systématique de réduction du risque s'est activé. En conséquence, l'exposition globale aux risques de Lazard Patrimoine a été abaissée de 25%.

Autre mouvement conséquent du côté de chez J.P. Morgan AM. Le fonds JPM Global Macro Opportunities a vu son exposition nette réduite à 25% fin février alors qu'elle était montée à 50% en janvier. De même pour Haas Epargne Patrimoine qui amoindrit son exposition de 27 à 13% tout en réduisant son exposition au High Yield.

Pour d'autres gestions, la correction n'est ni suffisamment marquée, ni suffisamment différenciée pour créer un «point d'entrée» justifiant une réallocation significative des portefeuilles. C'est le cas par exemple d'Amiral Gestion avec Sextant Grand Large.

Sur la partie obligataire, les fonds avec la plus grande sensibilité profitent de la forte baisse des taux. Chez Carmignac Patrimoine, elle a même été augmentée de 5.6 à 8.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.