Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Comment parier sur la baisse d’un titre ?
information fournie par Café de la Bourse14/02/2022 à 08:50

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

En Bourse, il est possible de se positionner à la hausse ou à la baisse sur un titre, même si l'immense majorité des investisseurs adoptent une position longue ou acheteuse qui consiste à acquérir un titre dont on anticipe une hausse. Cependant, il est également possible d'investir en anticipant une baisse des cours grâce à certains produits dérivés ou le recours à la vente à découvert.

Miser sur la baisse du cours d'un titre est davantage destiné à des spéculateurs court terme qu'à des investisseurs de long terme. Toutefois, ce procédé peut aussi être utilisé par des investisseurs long terme pour couvrir leur position sur un indice ou un titre.

Découvrez dans cet article le fonctionnement, les avantages et inconvénients des moyens de se positionner à la baisse sur une valeur : les produits dérivés Short ou Put et la vente à découvert via le Service de Règlement Différé (SRD).

Miser sur les produits de Bourse

D'abord, pour miser sur la baisse d'un titre, vous pouvez avoir recours à un produit dérivé qui vous permettra de shorter un titre comme une option Put ou un Turbo Put ou encore un certificat short par exemple. Le plus souvent, les produits dérivés sont associés à un effet de levier et, de ce fait, permettent d'amplifier la variation inversée d'un sous-jacent donné sans en être détenteur.

Prenons l'exemple d'un certificat short sur une action X. Si le cours de l'action X baisse sur la journée de 1 %, le certificat sur ce sous-jacent augmentera lui de 1 %, et si ce produit a été souscrit avec un effet de levier de 3 par exemple, alors le cours du certificat augmentera de 3 % pour une baisse de 1 % du sous-jacent.

Les produits dérivés comportent de très nombreux avantages pour miser sur une baisse d'un titre. D'abord, ils permettent de se positionner à la baisse sur un grand nombre de sous-jacents et peuvent donc concerner une valeur mais aussi un indice par exemple, ce qui est idéal pour la couverture d'un portefeuille très exposé à un ou plusieurs indices boursiers. Il ne sera en effet pas nécessaire de souscrire un produit par valeur à protéger. Mais c'est également un atout si vous anticipez une baisse globale des marchés.

Ensuite, il existe de très nombreux produits dérivés qui permettent de miser sur la baisse d'un titre (ETF Bear, certificats Short, option Put, Turbo Put, etc.). Vous devriez donc trouver le produit dérivé le plus approprié à votre scénario d'investissement et/ou avec lequel vous êtes le plus à l'aise.

Enfin, les produits dérivés permettent de recourir à l'effet de levier pour booster le rendement de votre position et décupler vos gains.

Attention tout de même, l'effet de levier est à double tranchant et, en cas de mauvaise anticipation (le cours du titre augmente), vous décuplerez alors vos pertes. Cependant, avec les produits de Bourse, la perte est limitée à l'investissement initial. Vous perdrez donc la totalité de votre investissement sans courir le risque de pertes illimitées, ce qui n'est pas le cas de tous les produits dérivés comme les options qui présentent un risque de pertes illimitées.

Nous vous alertons aussi sur le fait que l'offre de votre courtier en termes de produits dérivés n'est pas forcément exhaustive (il vous proposera par exemple des turbos mais pas des options) et que l'offre en matière de sous-jacents peut aussi être limitée (il est quasi impossible de shorter une small cap d'un marché émergent, les sous-jacents concernent la plupart du temps des valeurs connues et reconnues).

Enfin, l'utilisation de produit dérivé ne peut se faire que via un compte-titres. Impossible d'investir dans un turbo ou un warrant depuis son PEA !

Pratiquer la vente à découvert

La seconde solution qui s'offre à l'investisseur qui anticipe une baisse des cours : la vente à découvert (VAD). Cela consiste à vendre un actif que l'investisseur ne possède pas et qu'il achètera ultérieurement à un prix qu'il anticipe moins élevé qu'au moment où il a vendu le titre à découvert. Pour l'investisseur particulier, ce procédé est possible grâce au SRD (service de règlement différé) par lequel l'investisseur « emprunte » le titre contre rémunération.

La vente à découvert permet de réaliser des gains lorsqu'une action voit son cours chuter. Il s'agit donc d'un moyen efficace d'engranger des bénéfices lorsque le marché est baissier. La vente à découvert peut aussi servir à protéger une position. Les gains issus de la VAD permettent de compenser la moins-value d'un titre dans son portefeuille.

Attention, le SRD n'est pas accessible chez tous les courtiers et il faudra donc que votre intermédiaire financier vous le propose. En outre, tous les titres ne sont pas éligibles au SRD. Seules les valeurs dont la capitalisation dépasse le milliard d'euros sont éligibles au SRD. Il n'est donc pas possible de vendre à découvert une small ou midcap. Pour savoir si la société pour laquelle vous anticipez une baisse peut être vendue à découvert, vous pouvez vous reporter aux listes de valeurs éligibles au SRD publiées par Euronext par exemple.

Autre inconvénient et de taille : en cas de vente à découvert, si votre anticipation est mauvaise et que le titre grimpe au lieu de baisser, vous vous exposez à des pertes potentiellement illimitées. En pratique, la plupart des courtiers vous proposeront de limiter votre perte au dépôt initial mais votre compte de courtage peut afficher un solde négatif dans le cas où le rachat du titre via l'appel de marge aurait été réalisé à un cours stratosphérique.

À noter : les autorités de régulation peuvent interdire la vente à découvert sur certains titres dont le cours s'est écroulé, notamment lors d'un krach boursier. Le courtier peut aussi interdire la vente à découvert sur certains titres s'il rencontre des difficultés à emprunter pour vous le titre en question.

3 commentaires

  • 19 mars09:00

    tout à fait d'accord avec Eric. Mais nous les petits porteurs ne sommes rien face à la spéculation :(( à qui profite le crime ??? :))


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.