1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Chute boursière, dividendes attaqués : les banques dans le tourbillon de la crise
Le Revenu01/04/2020 à 07:30

Les autorités françaises et européennes demandent aux banques de suspendre leurs dividendes. (© DR)

Les valeurs bancaires européennes plongent en moyenne de 40% depuis de début de la crise sanitaire mi-février. Déjà mal aimé des investisseurs, le compartiment subit de plein fouet la montée des doutes sur ses résultats et fait face à une remise en cause de son statut boursier de titres de rendement. Société Générale et Natixis ont déjà annoncé renoncer (pour l'instant) à leurs dividendes. Mais tout n'est peut-être pas si noir.

En Bourse, l'ampleur de la baisse du secteur bancaire européen vire au pourpre.

Alors que le CAC 40 a lâché 29% depuis la mi-février, les banques pensionnaires de l'indice parisien s'effondrent de 49% pour BNP Paribas à 52% pour Société Générale ou 50% pour Crédit Agricole.

Un sauve-qui-peut général que seule Natixis, hors CAC 40 et au prix d'une volatilité intense, est parvenue à limiter avec un recul «contenu» de 27%.

Une situation inédite

En l'espace de seulement six semaines, les banques française ont accumulé plus de 20 points de pourcentage de sous-performance face à l'indice. Une situation inédite. Piètre consolation, le secteur européen ne fait guère mieux avec un plongeon de 41% sur la période.

Les raisons d'une telle défiance sont bien cernées : les investisseurs anticipent une forte dégradation des résultats bancaires en 2020 et 2021 sous l'effet de la hausse des provisions pour créances douteuses que va générer la crise. La chute de l'activité, les baisses de consommation de la part des ménages et d'investissement de la part des entreprises vont faire exploser le coût du risque et sabrer les trajectoires de résultats.

De plus, les taux d'intérêt au plancher, qui pèsent sur la marge d'intermédiation, vont maintenir les revenus sous

Lire la suite sur LeRevenu.com

Valeurs associées

Euronext Paris -4.27%

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M6964472
    01 avril10:45

    j ai achete des financieres bancaires sur recommandation de boursorama - a l epoque on disait dans les milieux bien informes ? - que les taux d interets allaient grimper et donc tres bon pour les banques...on voit ce qu il en est advenu...depuis je traine ces titres invendables a l heure actuelle. en ce moment je suis a moins 60% ....

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

33.625 -2.03%
4695.44 -1.59%
1.10995 0.00%
32.255 -4.27%
35.31 -0.25%

Les Risques en Bourse

Fermer