Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Casino, plus forte hausse du marché SRD à la mi-séance du mardi 27 février 2024
information fournie par AOF 27/02/2024 à 12:06

(AOF) - Casino (+27,58% à 0,63 euro)

Casino a annoncé lundi soir que, par jugements rendus le 26 février 2024, le Tribunal de commerce de Paris, a arrêté ses plans de sauvegarde accélérée et ceux de ses filiales concernées. En l'absence de recours suspensif, il est envisagé que l'ensemble des opérations prévues par la restructuration financière soit réalisé le 27 mars 2024, sous réserve de l'approbation par l'autorité des marchés financiers du prospectus relatif aux différentes émissions de titres prévues par le plan de sauvegarde accélérée de Casino.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Groupe de distribution alimentaire créé en 1898 présent en France, Brésil, Colombie et Uruguay ;

- Distributeur pesant 30,5 Mds€ organisé en 3 branches : France Retail sous les enseignes Casino, Monoprix, Franprix et Naturalia, Latin Retail en Amérique latine sous enseignes Assaï, GPA et Extra au Brésil, Exito et Libertad en Colombie, Disco et Deveto en Uruguay et, enfin, les nouvelles activités –Green Yellow pour l’énergie solaire et CDiscount pour l’e-commerce ;

- Modèle d’affaires sur 5 piliers : un portefeuille de formats porteurs en France, l’offre de E-commerce alimentaire et non alimentaire de premier plan, le développement de nouveaux leviers de croissance, une participation significative dans les acteurs majeurs de la distribution d’Amérique latine, et le renforcement de la structure du groupe ;

- Capital verrouillé à 52,3 % par le holding Rallye (62 % des droits de vote), lui-même filiale de Euris, détenue par Jean-Charles Naouri, président directeur général du conseil d’administration de 13 membres ;

- Situation financière encore tendue avec 5,6 Mds€ de capitaux propres et, à fin juin, 2,3 Mds€ de liquidités face à une dette nette de 7,5 Mds€.

Enjeux

- Plan stratégique de réduction de la part des hypermarchés réduite à 15 %, croissance de 50 % de l’offre de produits bio à 1,5 Md€, avancée de l’e-commerce et, pour les nouvelles activités, élargissement du parc photovoltaïque installé et montée des revenus tirés des data centers ;

- Stratégie d’innovation dynamique : gestion et monétisation des data au sein de RelevanC, offre de cloud avec ScaleMax, partenariats avec Google Cloud et Accenture dans la distribution, Gorillas dans le quick-commerce en France et Rappi en Colombie - déploiement de l’offre C Discount - digitalisation des plateformes logistiques et de livraison avec Amazon et Ocado ;

- Stratégie environnementale : capitalisant sur l’expertise photovoltaïque « Green Yellow » avec un pipeline de 4,5 GWp, renforcé par une levée de fonds en février, et par ses partenariats (Schneider Electric et Amazon web services) - visant une réduction d’émissions de CO2 de 18 % en 2025 et de 38 % en 2030 (vs 2015) ;

- Simplification des actifs latino-américains via une détention directe de 41 % dans GPA et Assai ;

­- Poursuite du plan de cessions, d’un montant de plus de 4 Mds€, avec la vente prochaine de Green Yellow ;

- Avancées dans les formats porteurs en France, le premium et la proximité avec les enseignes Monoprix, Naturalia et Franprix… (8 % du marché français), dans les centrales d’achat et dans la transformation des hypermarchés, ex-Géant Casino, en supermarchés Casino Hyper Frais.

Défis

- Spéculations récurrentes sur un rapprochement avec Alibaba, Amazon et sur les intentions du tchèque Kretinski, déjà détenteur de 4 % du capital ;

- Impacts des ouvertures de « petits » magasins en France, des ouvertures de distributeurs Assai en Amérique latine ; et, dès le 2 nd semestre 2022, du plan d’économies de C Discount ;

- Après une hausse de 15 % des ventes et une perte perte nette au 1 er semestre, objectifs 2022 : au 2 nd semestre : 800 ouvertures sur les formats de proximité (Monop’, Franprix, Naturalia, Spar, Vival...), principalement en franchise (376 réalisées à fin juin) - développement des activités retail et e-commerce les plus porteuses (Casino Hyper Frais, partenariats Gorillas, Amazon et Ocado) - sur l’exercice : niveau de rentabilité élevée et amélioration de l’autofinancement libre.

En savoir plus sur le secteur "grande distribution"

Deux grands défis pour le secteur

Le chiffre d'affaires des enseignes de la distribution a progressé de 6,6 % au troisième trimestre 2022 selon le panéliste IRI. Une telle performance n'avait pas été enregistrée depuis les confinements de 2020. Toutefois, depuis fin septembre, les volumes reculent suite à la hausse des prix. Les résultats des acteurs français, plutôt épargnés jusqu'à présent, devraient donc en pâtir. D'ailleurs, aux Etats-Unis, Walmart et Target ont lancé des avertissements sur leurs résultats.

Autre défi : la désorganisation logistique. D'après les données de NielsenIQ, le taux de ruptures a encore progressé dans les rayons pour atteindre 5,8 % fin octobre. Cela représente un manque à gagner de 3,5 milliards d'euros depuis le début de l'année. D'après Système U, ces troubles n'ont jamais été constatés depuis plus de cinquante ans. Les raisons sont multiples : à la fois climatiques, géopolitiques, logistiques, inflationnistes, et également liées aux comportements des consommateurs, qui stockent certains articles. En revanche la grève dans les raffineries paraît avoir eu peu d'impact car les enseignes sont parvenues à s'organiser.

Valeurs associées

Euronext Paris +7.14%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 27/02/2024 à 12:06:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.