Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Brexit : « La finance est-elle une arme de destruction ou de domination ? » (Cercle des économistes)

Boursorama27/06/2016 à 10:27

''Finance : arme de destruction ou de domination ?''

Le peuple du Royaume-Uni a voté par referendum sa sortie de l’Europe, les marchés ont réagi comme il se doit. Cette réaction attendue des opérateurs a une nouvelle fois montré la toute puissance de la finance. Selon Catherine Lubochinsky, cet énième épisode appelle une gouvernance adaptée et une vraie prise de conscience de la part des Etats. Ce sujet sera débattu lors des 16e Rencontres Economiques d’Aix-en-Provence ce weekend.

Dans ce monde de turbulences, les marchés financiers tiennent leur rang ! Le vote Britannique du 23 juin a, parmi ses nombreuses conséquences, déclenché un mouvement de panique sur les marchés : baisse jusqu’à 8% des places financières (mais encore plus pour les valeurs bancaires), chute de la livre, élargissement des spreads de taux souverains (Italie, Espagne...), et la Grande-Bretagne qui va probablement perdre son AAA selon S&P (ce qui atténuerait la baisse du taux des Gilts, voire la baisse éventuelle du taux d’intervention de la Banque d’Angleterre le 14 juillet prochain). Panique à relativiser car la plupart des indices n’ont fait que retrouver leurs niveaux de la mi-juin, à partir de quand un vent d’optimisme avait soufflé sur un vote « Remain ».

Plus grave a été la grande crise financière de 2007-2008. Elle a rappelé que la finance pouvait être une arme de destruction massive : des PIB qui n’ont pas tous retrouvé leurs niveaux d’avant crise ; des destructions d’emplois ; des dettes publiques en augmentation (d’environ 40% en quelques années) ; et une efficacité amoindrie des politiques monétaires, malgré le recours à des taux nominaux négatifs. Arme également de destruction massive de la confiance des ménages vis-à-vis des banques et des marchés. Et c’est compréhensible, étant donné le manque de gouvernance de nombreuses institutions financières.

Cependant, c’est bien la finance qui permet à l’économie réelle de croître et qui constitue aussi une arme de domination. Les Britanniques en sont convaincus. En effet, Londres, tout en étant restée en dehors de la zone euro, est demeurée la principale place du marché des changes (40% des transactions de changes qui s’élèvent à 5.300 Mds de dollars/jours) et la principale place bancaire internationale. Ceci lui a sans doute permis de contrebalancer sa désindustrialisation en termes de croissance économique - puisqu’elle est passée au cinquième rang mondial des puissances économiques. Les activités financières environ 10 % de son PIB.

Dans le domaine financier, la coopération internationale est insuffisante. Certes, elle progresse dans certains domaines tels que la régulation bancaire. Mais d’inspiration anglo-saxonne, elle s’uniformise… alors même que les modèles de financement des économies de part et d’autre de l’Atlantique sont différents. Dans d’autres domaines cette coopération est de facto absente : l’expression « guerre des changes » ressurgit régulièrement ; les Etats-Unis n’hésitent pas à recourir à l’extraterritorialité quand leur régulation financière est contournée, etc…

Cette puissance financière doit-elle être laissée à la sphère privée ou bien la sphère publique doit-elle être plus interventionniste ? Les Etats ne devraient-ils pas avoir une vision stratégique cherchant plus à attirer les acteurs internationaux qu’à « protéger » des acteurs locaux ? Le clivage entre les pays anglo-saxons et les pays d’Europe continentale n’est-il que le reflet d’une réponse différente à la question posée dans le titre ? Rendez-vous aux prochaines Rencontres Economiques d’Aix en Provence pour tenter d’y répondre !

Catherine Lubochinsky

Catherine Lubochinsky est membre du Cercle des économistes et Professeur à l’Université Paris II.

Cette tribune est publiée dans le cadre des 16e Rencontres Économiques d'Aix-en-Provence. Catherine Lubochinsky interviendra dans la session n°10 « Finance : arme de destruction massive ou bras armé des Etats ? », samedi 2 juillet à 10h35.

Les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence se tiendront les 1er, 2 et 3 juillet 2016 sur la thématique « Dans un monde de turbulences, qu’attend-on d’un Pays ? »3 jours de débats ouverts à tous, organisés par le Cercle des économistes. De portée internationale cet évènement réunit Chefs d’entreprise, académiques, philosophes et représentants de la société civile venus du monde entier autour d’un thème au cœur de l’actualité économique. Retrouvez le programme complet et suivez les débats en direct sur www.lesrencontreseconomiques.fr

Mes listes

valeur

dernier

var.

8.775 +2.27%
0.472 +6.55%
0.26 -2.44%
33.75 0.00%
71.62 +1.44%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.