Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Airbus remporte la course aux commandes à Farnborough

Reuters14/07/2016 à 18:41

279 COMMANDES POUR AIRBUS AU SALON DE FARNBOROUGH

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

FARNBOROUGH, Grande-Bretagne (Reuters) - Airbus a largement devancé Boeing dans la course aux commandes au cours d'un salon de Farnborough bien moins actif que celui du Bourget l'an passé, montrant que le cycle commercial tend à se ralentir.

L'avionneur européen, qui a profité de l'engouement pour la plus grande version de la famille A320 remotorisée, a engrangé 279 commandes et engagements d'une valeur totale de 35 milliards de dollars (31 milliards d'euros), dont 197 commandes fermes représentant 26,8 milliards de dollars aux prix catalogue.

Le directeur commercial d'Airbus, John Leahy, a dit ne pas craindre une surchauffe des marchés de l'aéronautique et a rejeté les interrogations soulevées par Boeing sur la qualité du carnet de commandes de son rival européen.

Boeing a fait état de 182 commandes et engagements, mais 42 d'entre elles étaient déjà comptabilisées et il n'a fait que révéler les noms des clients qui les avaient passées.

L'américain a en fait enregistré 19 commandes fermes réellement nouvelles, et plus d'une centaine d'engagements.

Sur l'ensemble du premier semestre, Boeing a toutefois devancé Airbus, avec 309 commandes brutes contre 227 pour l'européen.

Les deux avionneurs ont assuré qu'ils comptaient enregistrer autant de commandes que de livraisons cette année, mais John Leahy a reconnu que les commandes étaient en baisse cette année.

Airbus avait terminé le salon du Bourget de juin 2015 avec 421 commandes et engagements d'une valeur de 57 milliards de dollars, contre 331 avions pour Boeing représentant un total de 50,2 milliards de dollars aux prix catalogue.

Chez les motoristes, CFM International, coentreprise de moteurs d'avions à parité entre Safran et General Electric, a engrangé pour 8,2 milliards de dollars (7,4 milliards d'euros) de nouveaux contrats.

BAISSE DE CADENCE POUR L'A380

Les interrogations sur la production de gros porteurs ont refait surface pendant le salon, Airbus annonçant une réduction de celle de l'A380 à 12 exemplaires par an à partir de 2018 contre 27 en 2015 face à la faiblesse de la demande.

Mais le président exécutif d'Airbus Group, Tom Enders, a assuré à des journalistes que l'avionneur augmenterait sans doute de nouveau sa production au bout d'un an ou deux, et il s'est dit optimiste sur les perspectives de l'A380.

Tom Enders a également souligné que le programme du très gros porteur ne devrait pas être largement déficitaire, même à une cadence réduite, et Fabrice Brégier, le PDG d'Airbus, a expliqué que l'avionneur avait identifié des moyens de réduire les coûts fixes de production.

Jefferies estime cependant dans une note que l'A380 devrait perdre 250 millions d'euros en 2018 et 350 millions en 2020.

"La baisse de production prépare peut-être le terrain à un A380neo pour contrer le 777X de Boeing avec de nouveaux moteurs", estime Sandy Morris, analyste chez Jefferies.

Airbus Group a prévenu mercredi qu'il prévoyait des charges liées à l'avion de transport militaire A400M et à l'A350, son nouveau long-courrier, au premier semestre.

(Edité par)

Mes listes

valeur

dernier

var.

14.46 +6.32%
63.34 -2.18%
14.425 -0.48%
1.46 -2.99%
69.22 +0.30%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.