Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

4 placements pour investir en période d’inflation
information fournie par Café de la Bourse10/05/2022 à 13:05

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

L'indice des prix à la consommation affiche une hausse de 4,5 % en France en mars 2022 selon les chiffres de l'INSEE publiés le 15 avril 2022. La situation n'est guère plus brillante de l'autre côté de l'Atlantique où l'inflation s'est encore accélérée en mars aux États-Unis atteignant son plus haut niveau depuis plus de 40 ans, à 8,5 % en rythme annuel, selon les chiffres avancés par le département du Travail le 12 avril 2022. En Chine, l'inflation est plus mesurée mais bien présente, avec en mars une hausse de 1,5 % sur un an de l'indice des prix à la consommation. Le mardi 19 avril, le FMI anticipait un taux d'inflation de 5,7 % cette année pour les pays avancés et 8,7 % pour les économies émergentes et en développement.

Pour ne pas perdre en pouvoir d'achat, il est bien évidemment nécessaire d'investir sur des placements dont le rendement est supérieur au taux d'inflation. Dans ce contexte d'inflation oscillant autour des 5 %, les placements à capital garanti sont bien évidemment à proscrire. Alors, vers quels placements se tourner ? Découvrez 4 idées de placements à envisager en période d'inflation.

Les obligations indexées sur l'inflation

Si les obligations sont déconseillées en cas de forte inflation, il existe cependant une catégorie à suivre de près : les obligations indexées à l'inflation. Plusieurs pays émettent ce type d'obligation, comme la France, qui émet des OAT-i. Le taux d'intérêt de l'obligation est corrélé à l'inflation et augmente avec celle-ci. Si ces obligations ne sont pas accessibles aux particuliers, mais des ETF permettent cependant de répliquer leur performance.

Alors, les obligations indexées sur l'inflation sont-elles une solution miracle ? Oui, si vous avez anticipé l'inflation avant tout le monde ou si celle-ci se révèle être bien plus forte qu'anticipée car le prix des obligations varie selon les anticipations d'inflation. Elles sont donc bon marché lorsque les anticipations d'inflation sont faibles et chères lorsque les anticipations d'inflation sont élevées.

Les matières premières

Les matières premières et notamment les métaux auront tendance à s'apprécier lors des périodes d'inflation. C'est particulièrement le cas de l'or considéré comme une valeur refuge, même si le précieux métal jaune n'a pas toujours endossé ce rôle lors des périodes d'inflation. Quoi qu'il en soit, il reste l'un des actifs les plus corrélés à l'inflation.

Le contexte d'inflation actuel qui s'explique par la reprise de l'activité après de très longs mois de pandémie, et bien sûr aussi par le conflit qui oppose Russie et Ukraine, entraîne une forte inflation de nombreuses matières premières. Ainsi, les matières premières énergétiques sont particulièrement impactées, mais aussi les matières premières agricoles, ainsi que l'ensemble des métaux (or, palladium, nickel, etc.).

Attention cependant au caractère hautement spéculatif de nombreuses matières premières qui ne doivent pas inciter les profils averses au risque à investir dans l'or[MOU1] et les autres commodities massivement pour se couvrir contre l'inflation.

Les actions

Les actions restent l'une des classes d'actifs qui permet de se protéger contre l'inflation car le cours de Bourse a tendance à augmenter avec l'inflation, surtout si l'entreprise est capable de répercuter la hausse des prix sur ses produits. C'est ce qu'on appelle le pricing power.

Les sociétés les plus à même d'ajuster leur prix rapidement et donc de se prémunir de l'inflation sont celles du luxe ou encore les sociétés en situation de quasi-monopole comme par exemple Coca-Cola. Les actions du secteur bancaire peuvent aussi être intéressantes dans la mesure où une inflation forte entraîne un resserrement monétaire et une hausse des taux d'intérêt qui finit par bénéficier aux banques.

L'immobilier en ayant recours à l'emprunt

Enfin, en période d'inflation, il est souvent judicieux d'utiliser l'effet de levier de la dette, surtout dans le contexte actuel où les taux d'intérêt, même s'ils tendent à remonter, sont encore bas, en tous cas bien inférieur au niveau de l'inflation. Si vous envisagez d'acquérir votre résidence principale ou une résidence secondaire, c'est peut-être le moment de sauter le pas.

Attention tout de même si votre investissement immobilier concerne l'investissement locatif car les loyers ont souvent tendance à augmenter moins vite que l'inflation et soyez particulièrement vigilants si le bien convoité est situé dans une zone d'encadrement des loyers.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.