1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

3 moyens d'investir dans les obligations
Café de la Bourse09/05/2019 à 11:52

3 moyens d'investir dans les obligations

Les obligations constituent une classe d'actifs incontournables. Ces titres de créance d'un État ou d'une entreprise trouvent leur place dans tous les portefeuilles diversifiés où elles sont plus ou moins représentées selon le profil de risque de leur détenteur. Mais connaissez-vous les trois principales façons de se positionner sur le marché obligataire ? Présentation.

Obligations : l'investissement en direct

Une obligation est un titre négociable représentant la part d'un emprunt, émis par un gouvernement, une collectivité locale, une entreprise ou une institution financière. Il s'agit donc d'un titre de créance, ou, pour le dire autrement, une reconnaissance de dette. Les obligations peuvent donc être émises par un État (on parle alors d'obligation souveraine) ou bien par une entreprise (on parle alors d'obligation corporate).

Comme pour les actions, ces titres de créances sont émis sur le marché primaire, puis s'échangent librement sur le marché secondaire.

Le revenu généré par les obligations est connu dès le départ. En cela, son mécanisme est très différent des dividendes versés aux actionnaires qui varient en fonction des résultats et de la politique de distribution de l'entreprise. Le détenteur d'une obligation prête une somme et reçoit chaque année, à la même date, le versement des intérêts liés à cet emprunt. C'est ce que l'on appelle le coupon. À l'échéance, le prêteur (l'acheteur de l'obligation) est remboursé du nominal. Il existe différents horizons de temps pour une obligation. Les emprunts d'états de plus courte durée (1 mois à 3 ans) sont appelés "bons du trésor" ou "billets de trésorerie".

Les obligations convertibles concernent certaines obligations émises par des entreprises et permettent à leur propriétaire d'avoir la possibilité d'échanger l'obligation en action de la société émettrice selon une parité de conversion préfixée et durant une période prédéterminée.

Les obligations ne peuvent être négociées qu'à partir d'un compte-titres ordinaire et ne sont pas éligibles au PEA. Le marché des obligations est encore peu accessible en direct pour des particuliers, d'autant que le ticket d'entrée est élevé. Cependant, acquérir en direct des obligations permet de sélectionner soi-même les titres et d'économiser des frais (vous n'aurez que votre courtier à rémunérer et pas le gestionnaire d'un fonds par exemple).

Obligations : investir via un fonds

L'investissement en obligations, comme pour les actions, peut aussi se faire en achetant des parts d'un fonds. Il s'agira alors d'un fonds obligataire composé en totalité ou en grande partie d'obligations. Les fonds euros classiques de l'assurance-vie sont sans aucun doute les fonds obligataires les plus connus et les plus usités. Mais vous pouvez aussi investir dans un fonds obligataire en tant qu'unité de compte de votre contrat d'assurance-vie.

L'intérêt majeur de l'investissement en obligations via un fonds est la diversification. En achetant une part d'un fonds, vous serez investi sur de nombreuses obligations venant d'émetteurs différents, ce qui participe à lisser le risque tout en maintenant un bon niveau de performance. Enfin, l'investissement dans un fonds vous permet de bénéficier de la gestion d'un professionnel qui sélectionnera pour vous les titres.

Attention cependant aux frais des fonds. Soyez aussi particulièrement vigilant à la composition du fonds et au profil d'investisseur auquel il s'adresse. Même si les obligations sont des actifs relativement sûrs, il existe par exemple des obligations moins bien notées, plus rémunératrices mais aussi plus risquées, convenant à des investisseurs peu averses au risque. Avant de vous engager, étudiez très attentivement le prospectus du fond.

Pour ne pas avoir non plus à choisir des titres en particulier, vous pouvez également vous positionner sur un ETF obligataire. Il existe d'ailleurs de nombreuses possibilités en la matière et, selon votre stratégie d'investissement, vous pourrez par exemple avoir recours à un ETF qui trackera la performance des obligations d'un pays ou encore les obligations de différents types d'entreprises. Les trackers sont aussi très avantageux en termes de coût, les frais sont bien moindres que l'investissement via un fonds : en moyenne 0,33 % par an selon une étude Deutsche Bank, contre près de 2 % par an pour les OPCVM selon les données de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Obligations : investir via le crowdlending

Dernière possibilité, plus récente et généralement plus risquée aussi : l'investissement dans les obligations via le financement participatif. Il s'agira alors de prêter votre argent à des entreprises à un taux d'intérêt défini à l'avance, pendant une période donnée, par l'intermédiaire d'une plateforme de financement participatif.

Les rendements peuvent être intéressants mais le risque est aussi au rendez-vous puisqu'il s'agit le plus souvent de petites entreprises en phase d'amorçage ou de de développement. Néanmoins, vous aurez la satisfaction, en prêtant des fonds à de petites sociétés parfois proches de chez vous, de soutenir des projets qui vous tiennent à cœur, de contribuer à l'économie réelle et de participer éventuellement au dynamisme du tissu économique de votre territoire.

Louis Yang (Café de la Bourse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mxnagg
    09 mai12:50

    je me rappelle la réaction de mon banquier quand je lui est demander d'acheter pour moi une OATi 4%

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer