Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Un montage utilisé par Total a financé la junte birmane, rapporte Le Monde
Reuters04/05/2021 à 18:59

UN MONTAGE UTILISÉ PAR TOTAL A FINANCÉ LA JUNTE BIRMANE

UN MONTAGE UTILISÉ PAR TOTAL A FINANCÉ LA JUNTE BIRMANE

PARIS (Reuters) - Un montage financier complexe passant par les Bermudes utilisé par Total et ses partenaires depuis les années 1990 a permis aux militaires au pouvoir en Birmanie de détourner des caisses de l'Etat des centaines de millions de dollars provenant des ventes du gaz produit dans le pays, rapporte mardi le journal Le Monde.

Selon le quotidien, qui s'appuie notamment sur des documents ayant fuité de l'administration birmane peu après le coup d'Etat militaire du 1er février, le système repose d'abord sur la Moattama Gas Transportation Company (MGTC), société domiciliée aux Bermudes et propriétaire du pipeline acheminant le gaz du gisement de Yadana vers la Thaïlande.

Total est l'opérateur de ce gisement et détient 31% de son capital, de même qu'il est le premier actionnaire de MGTC avec la même part du capital de cette société.

Le Monde rapporte que la domiciliation aux Bermudes de MGTC a contribué à maximiser les profits versés aux actionnaires de la société - qui incluent aussi le thaïlandais PTTEP, l'américain Chevron et l'entreprise publique birmane MOGE - et à "minimiser les taxes versées à l'Etat birman, grand perdant de ce système".

La Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE), une agence du ministère de l'Énergie, ne publie pas ses comptes et, avec d'autres entreprises publiques, loge depuis des années des revenus dans une catégorie "autres comptes" opaque dont la direction et les bénéficiaires ne sont pas connus.

Les groupes de défense des droits de l'homme et les enquêteurs des Nations Unies affirment que la société entretient des liens étroits avec les structures commerciales de l'armée birmane.

Dans ses réponses au journal, publiées en intégralité par Total, le groupe réfute l'idée de "profits extraordinaires" en Birmanie et dit ne pas connaître les raisons précises qui ont conduit le choix de domicilier MGTC aux Bermudes il y a 30 ans, tout en reconnaissant qu'un tel montage ne serait plus possible aujourd'hui compte tenu de sa politique de ne plus loger aucune filiale nouvelle dans des paradis fiscaux.

Total, qui indique que le gisement de Yadana est en déclin et ne restera en exploitation qu'aux "environs de 2025", ajoute que le schéma de partage des profits entre le transport et la production du gaz, "classique", "a été avalisé avec les autorités [birmanes] de l'époque et s'est poursuivi avec les gouvernements successifs jusqu'à ce jour".

Le PDG, Patrick Pouyanné, a par ailleurs assuré début avril que Total n'avait payé "aucun impôt ni taxe" à la junte militaire depuis le début de la crise en février, "tout simplement parce que le système bancaire ne fonctionne plus".

Interrogé sur l'article du journal Le Monde, Chevron a de son côté déclaré qu'il se conformait, de même que ses filiales, à toutes les lois applicables et aux exigences contractuelles.

(Benjamin Mallet et Sarah White, édité par Blandine Hénault)

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • alphalog
    05 mai07:29

    ça ne les empêchera pas de parler de leurs très bonnes performances ESG... lol

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer