Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Ackman se substitue à Pershing pour le rachat de 10% du capital d'UMG
information fournie par Reuters19/07/2021 à 09:47

ACKMAN SE SUBSTITUE À PERSHING POUR LE RACHAT DE 10% DU CAPITAL D'UMG

ACKMAN SE SUBSTITUE À PERSHING POUR LE RACHAT DE 10% DU CAPITAL D'UMG

(Reuters) - Le véhicule d'investissement (Spac) Pershing Square Tontine Holdings (PSTH) du milliardaire américain William Ackman annonce lundi que son conseil d'administration a décidé à l'unanimité de ne pas procéder au rachat de 10% du capital d'Universal Music Group (UMG), une transaction évaluée à 3,5 milliards d'euros qui avait fait l'objet d'un accord avec Vivendi le mois dernier.

Dans un communiqué, Vivendi précise pour sa part avoir accepté que William Ackman se substitue à PSTH pour l'acquisition.

"Vivendi a accepté la demande de Pershing Square Tontine Holdings Ltd. (PSTH) que des fonds d’investissement dans lesquels M. William Ackman détient des intérêts économiques importants ou exerce la direction se substituent pour l’acquisition de 10% du capital d’Universal Music Group (UMG) annoncée le 20 juin dernier", déclare le groupe français.

"La quotité du capital d’UMG qui sera finalement acquise par ces fonds sera comprise entre 5% et 10%. Si cette quotité s’avérait inférieure à 10%, Vivendi a toujours l’intention de céder la différence à d’autres investisseurs avant la distribution de 60% du capital d’UMG aux actionnaires de Vivendi, prévue pour le 21 septembre prochain", ajoute-t-il.

Pershing Square Tontine Holdings explique pour sa part dans un communiqué distinct que sa décision a été "motivée par plusieurs questions soulevées par la SEC (l'autorité boursière américaine) concernant plusieurs éléments de la transaction proposée - en particulier quant à la question de savoir si la structure de notre opération est conforme aux règles du New York Stock Exchange".

Pershing a ajouté qu'en conséquence de ce retrait, il verserait des indemnités à Vivendi.

Le groupe français veut tirer le maximum de la valeur d'UMG, premier label musical au monde, via un processus d'introduction en Bourse qui verra Vivendi distribuer 60% du capital de sa filiale à ses actionnaires actuels.

(Sudip Kar-Gupta, Jean-Stéphane Brosse, édité par Laetitia Volga)

0 commentaire