Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Explosion à Beyrouth  - page 46

Mardi 4 août en début de soirée, une double explosion a retenti dans la zone portuaire de Beyrouth, la capitale du Liban. Selon les autorités, cette violente déflagration serait liée à un incident s'étant déroulé dans un bâtiment contenant plus de 2.500 tonnes de nitrate d'amonium. Cette substance, utilisée comme engrais, est déjà à l'origine de plusieurs catastrophes dont celle d'AZF à Toulouse en 2001. Selon la Croix-Rouge, l'explosion a fait au moins 100 morts et 4000 blessés mais ce bilan provisoire risque de s'alourdir dans les jours qui viennent.

  • information fournie par Reuters04.08.202021:06

    BEYROUTH, 4 août (Reuters) - Plus de 30 personnes ont péri et plus de 3.300 autres ont été blessées mardi par une puissante déflagration qui a ravagé Beyrouth, a annoncé mardi le ministre de la Santé au micro de médias libanais

  • information fournie par Reuters04.08.202018:50

    BEYROUTH, 4 août (Reuters) - La très forte explosion survenue mardi à Beyrouth a fait au moins dix morts, apprend-on auprès d'une source médicale et d'un membre des services de sécurité libanais. (Ghaida Ghantous; version française Jean-Stéphane Brosse)

  • information fournie par France 2404.08.202018:10

    Beyrouth : 2 explosions secouent la capitale libanaise, des dizaines de blessés. La Croix Rouge libanaise affirme qu'il y aurait des centaines de blessés

  • information fournie par Reuters04.08.202017:29

    DUBAI, 4 août (Reuters) - Une forte explosion a été entendue mardi à Beyrouth et une épaisse fumée s'est élevée d'un secteur de la capitale libanaise, rapporte un journaliste de Reuters sur place. (Lisa Barrington, version française Jean-Stéphane Brosse)

  • information fournie par France 2414.05.202012:01

    Aux États-Unis, la #pandémie de #coronavirus a plongé des centaines de milliers de personnes dans la précarité, et de nombreux américains sans protection sociale sont très vulnérables face au #COVID_19.

  • information fournie par France 2428.04.202011:11

    Des manifestants antipouvoir au Liban ont laissé éclater leur colère lundi 27 avril face à l'inflation galopante et la forte dépréciation de la monnaie nationale, saccageant des banques à Tripoli et défiant le couvre-feu nocturne adopté pour empêcher la propagation du coronavirus.

  • information fournie par France 2406.03.202012:45

    Une explosion a eu lieu vendredi dans le quartier de l'ambassade américaine à Tunis, a indiqué le ministère de l'Intérieur tunisien, sans préciser la nature de l'explosion. La police a, elle, évoqué un attentat visant l'ambassade américaine

  • information fournie par France 2406.03.202012:34

    Une explosion a eu lieu vendredi dans le quartier de l'ambassade américaine à Tunis, a indiqué le ministère de l'Intérieur tunisien, sans préciser la nature de l'explosion. Plusieurs médias ont évoqué la piste d'un attentat

  • information fournie par France 2411.02.202013:57

    2020-02-11 12:30 Heurts à Beyrouth aux abords du Parlement

  • information fournie par Reuters23.01.202018:28
    1

    BEYROUTH (Reuters) - Le Liban et le Japon disposent de 40 jours pour décider si Carlos Ghosn doit faire l'objet d'une procédure formelle d'extradition vers le Japon ou être jugé au Liban, a-t-on appris jeudi auprès d'une source judiciaire et dans l'entourage de l'ancien président de Nissan. Carlos Ghosn, poursuivi au Japon pour dissimulation de revenus, détournement de fonds et abus de confiance, s'est soustrait à son contrôle judiciaire et s'est enfui au Liban en toute fin d'année dernière

  • information fournie par Reuters23.01.202018:04

    (RPT syntaxe au premier paragraphe) BEYROUTH, 23 janvier (Reuters) - Le Liban et le Japon disposent de 40 jours pour décider si Carlos Ghosn doit faire l'objet d'une procédure formelle d'extradition vers le Japon ou être jugé au Liban, a-t-on appris jeudi auprès d'une source judiciaire et dans l'entourage de l'ancien président de Nissan. Carlos Ghosn, poursuivi au Japon pour dissimulation de revenus, détournement de fonds et abus de confiance, s'est soustrait à son contrôle judiciaire et s'est enfui au Liban en toute fin d'année dernière

  • information fournie par Reuters19.01.202018:45

    (Actualisé avec détails) BEYROUTH, 19 janvier (Reuters) - De nouvelles violences ont éclaté dimanche à Beyrouth, où la police a fait usage de canons à eaux contre des manifestants qui jetaient des pierres, au lendemain d'une journée de heurts qui a vu les services de secours intervenir auprès de 370 personnes. Comme la veille, les troubles se sont concentrés sur le quartier du Parlement, où de jeunes protestataires ont tenté de franchir les barricades renforcées par des barbelés pour accéder à la zone sécurisée par les forces de l'ordre

  • information fournie par Reuters19.01.202013:45

    BEYROUTH, 19 janvier (Reuters) - Plus de 300 personnes ont été prises en charge par les secours libanais lors des affrontements entre manifestants et forces de sécurité qui ont embrasé le centre de Beyrouth dans la nuit de samedi à dimanche. La Croix-Rouge libanaise a dit avoir traité 220 blessés, et la Défense civile a dit en avoir soigné 114 autres

  • information fournie par Reuters18.01.202019:32

    (Actualisé avec bilan et appel au calme du président Aoun) BEYROUTH, 18 janvier (Reuters) - Des dizaines de personnes ont été blessées samedi à Beyrouth, où les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau lors d'affrontements avec des manifestants, non loin du Parlement libanais. Des témoins ont dit avoir vu de jeunes hommes lancer des pierres et des pots de fleurs en direction de la police anti-émeute, tandis que les manifestants, aux cris de "Révolution", tentaient d'accéder au quartier barricadé où se trouve le Parlement

  • information fournie par Reuters15.01.202023:43

    BEYROUTH, 15 janvier (Reuters) - Des violences ont éclaté pour la deuxième soirée consécutive mercredi au Liban entre manifestants et forces de l'ordre qui ont dispersé des rassemblements à coups de matraques et de gaz lacrymogène. Le Liban est le théâtre d'un vaste mouvement de contestation sociale qui a poussé le Premier ministre Saad Hariri à la démission le 29 octobre dernier, sur fond de grave crise économique

  • information fournie par France 2415.01.202011:46

    Trois mois après le début du mouvement de contestation au Liban, les tensions montent lors de cette "semaine de la colère" dans les rues de Beyrouth face à l'absence de gouvernement. Banques cassées, heurts entre policiers et manifestants, pneus brûlés; les libanais emploient désormais des moyens de force pour faire entendre leur mécontentement à l'Etat

  • information fournie par Reuters01.01.202018:41
    7

    BEYROUTH (Reuters) - Carlos Ghosn tiendra une conférence de presse le 8 janvier à Beyrouth, a annoncé mercredi l'un de ses avocats. L'ancien dirigeant de l'alliance Renault-Nissan se trouve au Liban depuis qu'il a quitté le Japon dans des circonstances qui restent mystérieuses

  • information fournie par Reuters01.01.202018:04

    BEYROUTH, 1er janvier (Reuters) - Carlos Ghosn tiendra une conférence de presse le 8 janvier à Beyrouth, a annoncé mercredi l'un de ses avocats. L'ancien dirigeant de l'alliance Renault-Nissan se trouve au Liban depuis qu'il a quitté le Japon dans des circonstances qui restent mystérieuses

  • information fournie par Reuters31.12.201914:53

    BEYROUTH, 31 décembre (Reuters) - Carlos Ghosn est entré légalement au Liban où il ne sera pas inquiété par la justice, a fait savoir mardi la Direction générale de la sécurité générale, citée par l'agence de presse libanaise NNA. Le patron déchu de Renault RENA

  • information fournie par Reuters19.11.201911:17

    (Actualisé avec report de la session parlementaire) BEYROUTH, 19 novembre (Reuters) - Une session parlementaire exceptionnelle, qui devait se pencher notamment sur une loi d'amnistie controversée, a été reportée sine die mardi au Liban faute de quorum et après des échauffourées qui ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants près du Parlement à Beyrouth. Initialement prévue le 11 novembre, cette session parlementaire avait déjà été reportée d'une semaine par le président du Parlement Nabih Berri qui avait invoqué des raisons de sécurité face aux manifestations qui secouent depuis un mois le pays