Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Zone euro-Emissions de dette publique à un plus bas de 5 ans en 2016

Reuters18/12/2015 à 16:12
    par John Geddie 
    LONDRES, 18 décembre (Reuters) - Les émissions brutes 
d'emprunts d'Etat par les gouvernements de la zone euro seront 
inférieures à 900 milliards d'euros l'année prochaine pour la 
première fois depuis 2011, les mesures d'assainissement 
budgétaire et la forte baisse des taux d'intérêt réduisant les 
besoins de financement des Etats. 
    Les montants bruts d'émissions de dettes souveraines au sein 
de la zone euro devraient s'établir dans une fourchette de 860 à 
880 milliards d'euros. 
    "Le fait que les émissions aient augmenté au cours des 
dernières années est directement lié à la crise de la dette et 
nous sommes en train de tourner cette page", a dit Michael 
Michaelides, stratégiste sur les taux de RBS. 
    Madrid et Rome, contraintes de proroger la dette émise au 
plus fort de la crise en 2012, peuvent profiter de la baisse des 
taux à long terme pour augmenter la maturité moyenne de leur 
endettement et réduire leurs appels au marché. 
    Selon des estimations de RBS, Morgan Stanley et Commerzbank, 
les montants bruts d'obligations émis par l'Italie vont diminuer 
de 20 milliards d'euros, comme pour l'Espagne, pour s'établir 
respectivement à 220 et 120 milliards.  
    L'Allemagne prévoit d'augmenter ses appels au marché pour 
faire face aux coûts de l'intégration des migrants en provenance 
du Moyen-Orient. 
    La France émettra, comme en 2015, 187 milliards d'euros de 
dette à moyen et long termes en 2016 (nets des rachats) pour 
couvrir un déficit budgétaire de 72,3 milliards et des 
remboursements d'obligations assimilables du Trésor totalisant 
125 milliards d'euros contre 116,4 milliards d'euros en 2014, a 
annoncé jeudi l'Agence France Trésor (AFT).  ID:nL8N1461SI  
     
    REPROFILAGE 
    Le Trésor italien doit rendre public son programme 
d'émission d'ici la fin de l'année et le Trésor espagnol le fera 
au début de l'année prochaine. 
    La forte hausse des coûts de financement des deux pays en 
2012, les investisseurs redoutant qu'ils aient besoin d'être 
renfloués, les avait contraint de se financer à court terme.  
    Ils risquaient en conséquence d'être confrontés à un mur de 
dette à refinancer en dépit de la dissipation de la crise après 
l'engagement pris par le président de la Banque centrale 
européenne (BCE), Mario Draghi, de faire tout ce qui serait en 
son pouvoir pour préserver l'intégrité de la zone euro. 
    Le recul des émissions brutes l'année prochaine s'explique 
principalement par l'allongement des maturités. Les 
remboursements de dette par l'Espagne et l'Italie devraient 
diminuer de 18 milliards d'euros l'année prochaine. 
    Il résulte aussi de la baisse des coûts de financement avec 
la forte baisse des rendements, voire leur passage en territoire 
négatif, provoqués par le programme d'assouplissement 
quantitatif de la BCE. 
    Les rendements des emprunts d'Etat à 10 ans italiens et 
espagnols sont tombés à des plus bas records autour de 1% cette 
année contre plus de 7% en 2012. 
    Rome comme Madrid ont pu placer auprès des investisseurs de 
la dette à court terme offrant un rendement négatif. 
    D'autres pays entendent aussi profiter de la possibilité 
d'allonger la maturité moyenne de leur dette dans un 
environnement de taux historiquement bas. 
    L'Allemagne prévoit d'émettre 9 milliards d'obligations à 30 
ans l'année prochaine, 50% de plus que cette année.  
    Commerzbank s'attend à ce que l'Espagne et l'Italie émettent 
aussi à 30 ans l'année prochaine pour un montant cumulé de 8 
milliards.  
    La maturité moyenne de la dette publique italienne devrait 
avoir augmenté cette année pour la première fois depuis 2010, 
selon des données du Trésor italien. A la fin du troisième 
trimestre, elle s'établissait à près de 6,5 ans contre 6,4 ans 
en 2014 mais elle avait culminé à 7,2 années en 2010. 
    La maturité moyenne de la dette publique espagnole devrait 
continuer de s'allonger après s'être redressée à 6,28 années en 
2014 contre un pic de 6,8 années en 2007, avant l'éclatement de 
la crise financière. 
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Juliette 
Rouillon) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

42.67 +0.19%
21.24 +0.66%
66.55 -0.79%
112.9 -0.48%
279.9 -1.03%
6.618 +0.46%
75.7 +0.61%
1.509 +2.86%
5.49 +2.62%
5.134 +2.56%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.