1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Thales plaide pour une alliance en Europe dans les avions de combat
Reuters18/07/2019 à 16:42

THALES PLAIDE POUR UNE ALLIANCE EN EUROPE DANS LES AVIONS DE COMBAT

par Aradhana Aravindan

SINGAPOUR (Reuters) - Le PDG de Thales Patrice Caine exhorte les principaux pays européens à conjuguer leurs efforts pour la nouvelle génération d'avions de combat, dans une interview accordée à Reuters lors d'une visite à Singapour.

Dassault Aviation et Airbus dirigent le programme franco-allemand du Système de combat aérien du futur (SCAF), qui comprend une gamme d'armes associées, comme des drones. L'Espagne a rejoint le projet le mois dernier.

La Grande-Bretagne poursuit quant à elle son propre projet d'avion de combat Tempest, dirigé par BAE Systems, et devrait annoncer officiellement vendredi que la Suède la rejoint.

Les analystes se demandent si l'Europe peut se permettre d'éparpiller ses efforts alors que l'industrie de la défense exhorte les capitales européennes à agir rapidement au risque de devoir s'incliner face à de plus grands acteurs.

"Nous avons besoin que tous ces grands pays et grandes industries fournissent un programme ambitieux si l'Europe veut jouer sur le même terrain que les Etats-Unis", a déclaré Patrice Caine. "L'Europe devrait être unie sur ce front. C'est juste du bon sens."

L'équipementier français fait partie du projet SCAF en tant que fournisseur de Dassault mais serait en rivalité avec Airbus pour la fourniture des systèmes nécessaires pour connecter des avions avec et sans équipage.

L'industrie allemande, selon Airbus, verrait d'un mauvais oeil que la France ait la haute main technologique dans le projet, ce qui risquerait de le faire capoter.

"Ce que nous aimerions mettre sur la table pour notre contribution c'est (...) ce que nous faisons en termes de capteurs, comme les radars, la guerre électronique, la communication, l'optronique", a dit Patrice Caine.

"Un autre aspect concerne ce que l'on appelle le combat connecté collaboratif : comment connecter des plates-formes, des avions de combat, des drones, des hélicoptères, des satellites, à toutes les différentes plates-formes présentes sur le champ de bataille, dans les airs ou dans l'espace ?"

SAISIR LES OPPORTUNITÉS

Interrogé sur l'impact de la fusion prévue entre les américains United Technologies et Raytheon, qui concerne aussi bien l'aviation commerciale que la défense, Patrice Caine n'a évoqué aucune pression en Europe pour une réaction immédiate.

"Ils resteront de puissants concurrents. Seront-ils encore plus forts en réunissant avionique et missiles (...) je n'en suis pas sûr", a-t-il dit. "En termes de concurrence, pour moi, à première vue, cela ne devrait pas changer la donne."

Certains analystes estiment que l'accord entre United Technologies et Raytheon pourrait relancer les discussions en vue d'un rapprochement entre Thales et le motoriste Safran, qui nécessiteraient l'appui du gouvernement français et de Dassault, actionnaire de Thales.

Patrice Caine a déclaré qu'il était prudent généralement concernant la consolidation de l'industrie européenne de la défense mais que Thales était prêt à saisir toutes les opportunités qui se présenteraient.

Le groupe a finalisé cette année le rachat du fabricant de puces électroniques Gemalto pour un montant de 4,8 milliards d'euros, renforçant ainsi sa présence sur le marché des services de sécurité, en pleine expansion.

Le site d'informations économiques La Tribune rapportait mardi que la coentreprise entre Thales Alenia Space et l'italien Leonardo supprimerait 452 emplois en France sur 4.800 en raison d'une faible demande pour ses satellites.

(Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Valeurs associées

MIL +2.77%
Euronext Paris +1.43%
Euronext Paris +5.48%
Euronext Paris +2.52%
Euronext Paris +2.85%
LSE +2.62%
NYSE -0.28%
NYSE +0.53%

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • berghof
    19 juillet11:20

    La Suède en dehors de l'inénarrable Greta Thunberg, qu'est-elle capable de faire sinon trahir l'Europe une fois de plus avec l'Angleterre.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer