1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Syrie-La France "attentive" à des indices sur des attaques chimiques

Reuters07/09/2017 à 18:45
    PARIS, 7 septembre (Reuters) - La France, qui a fixé pour 
"ligne rouge" l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, a 
annoncé jeudi qu'elle prêtait "la plus grande attention" à des 
"indices concordants" de la commission d'enquête de l'Onu sur 
des attaques chimiques, autres que celle de Khan Cheikhoun, 
survenues dans le pays en 2017. 
    Dans un rapport publié mercredi, la commission d'enquête de 
l'Onu sur la situation des droits de l'Homme en Syrie affirme 
que les forces aériennes syriennes ont utilisé du gaz sarin lors 
de l'attaque de la commune de Khan Cheikhoun, dans le nord de la 
Syrie, qui a fait 87 morts, dont des enfants, et plus de 500 
blessés le 4 avril dernier. 
    La France était parvenue à cette conclusion en avril, sur la 
foi d'un rapport des services de renseignement français. 
    "Pour la France, la responsabilité de l'armée syrienne dans 
cette attaque ne fait aucun doute. Les auteurs de cette attaque 
devront rendre des comptes", a déclaré jeudi la porte-parole du 
ministère français des Affaires étrangères lors d'un point de 
presse. 
    "Nous prêtons également la plus grande attention aux indices 
concordants relevés par la commission Pinheiro au sujet 
d'attaques chimiques de différents types intervenues en 2017", a 
ajouté Agnès Romatet-Espagne. 
    Selon le rapport de la commission dirigée par Sergio 
Pinheiro, les forces armées syriennes auraient mené au moins 24 
attaques chimiques entre mars 2013 et juillet 2017. 
    Le président français a déclaré en mai dernier, au côté de 
Vladimir Poutine, qu'il fixait deux "lignes rouges" en Syrie : 
le recours aux armes chimiques et l'accès à l'aide humanitaire. 
    Emmanuel Macron l'a répété depuis, notamment dans une 
interview à huit journaux européens en juin dans laquelle il 
indiquait que la France pourrait répliquer seule si la preuve 
d'attaques chimiques en Syrie était faite. Il avait évoqué des 
frappes contre des stocks d'armes chimiques identifiés. 
    "Quand vous fixez des lignes rouges, si vous ne savez pas 
les faire respecter, vous décidez d'être faible. Ce n'est pas 
mon choix", déclarait-il. 
    Les Etats-Unis avaient mené des frappes unilatérales sur des 
installations syriennes en avril à la suite de l'attaque de Khan 
Cheikhoun. 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer