Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

SYNTHESE ACTUALISEE-USA et Chine poursuivent leur escalade commerciale

Reuters04/04/2018 à 22:34
    * Droits de douane américains sur 1.300 produits chinois
    * Pékin prend des mesures équivalentes sur 106 types de
produits
    * La Chine lance un appel aux membres de l'OMC

    par Michael Martina et David Lawder
    WASHINGTON/PEKIN, 4 avril (Reuters) - Les Etats-Unis et la
Chine ont franchi un nouveau palier dans leur différend
commercial en s'infligeant réciproquement des droits de douane
sur des catégories variées de produits représentant au total
environ 100 milliards de dollars (81 milliards d'euros)
d'échanges commerciaux.
    Pékin va appliquer de nouveaux droits de douane de 25% à 106
catégories de produits américains tels que le soja, le maïs, les
voitures, les substances chimiques et certains types d'avions, a
annoncé mercredi le ministère des Finances, quelques heures
après l'annonce de mesures similaires de la part des Etats-Unis.
    Les produits concernés représentaient 50 milliards de
dollars d'importations en 2017, a précisé le ministère chinois
du Commerce. La date d'entrée en vigueur de ces nouveaux droits
de douane dépendra du calendrier des mesures américaines.
    Le bureau du représentant américain au commerce (USTR) avait
auparavant annoncé l'instauration de droits de douane pouvant
atteindre 25% pour 1.300 produits technologiques chinois dans le
but d'obtenir une modification des pratiques de la Chine en
matière de propriété intellectuelle. Ils représentent également
une valeur de 50 milliards de dollars environ, selon les
estimations pour 2018. 
    La riposte chinoise est à la hauteur des menaces de Pékin,
qui avait promis des mesures équivalentes à celles des
Etats-Unis, mais elle a été plus rapide que les observateurs ne
s'y attendaient, ce qui a surpris les marchés financiers.
    Les indices boursiers européens et les contrats à terme sur
les indices de Wall Street ont creusé leurs pertes après ces
annonces, qui ont également fait reculer le dollar face à un
panier de devises de référence  .DXY  ainsi que le rendement des
emprunts d'Etat américains à 10 ans  US10YT=RR .
    En fin de séance, toutefois, les indices boursiers avaient
effacé l'intégralité de leurs pertes et terminé dans le vert,
les investisseurs étant rassuré par l'annonce d  
    Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des Affaires
étrangères, a assuré que la Chine tenait à régler la crise par
la négociation. "Mais les meilleures opportunités pour résoudre
les problèmes par le biais du dialogue et des négociations ont
été manquées à plusieurs reprises par la partie américaine",
a-t-il déploré.
    Selon l'ambassade de Chine à Washington, Pékin souhaite
régler ces différends via l'Organisation mondiale du commerce
(OMC).
    Les Etats-Unis ont toutefois estimé que les griefs exprimés
par la Chine auprès de l'OMC étaient sans fondement et affirmé
que les mesures de représailles annoncées par Pékin n'avaient
aucune justification.
    La porte-parole de la Maison blanche, Sarah Sanders, a de
son côté déclaré à la presse que les Etats-Unis étaient
persuadés que la Chine changerait de comportement si bien que
les mesures annoncées par Washington pourraient ne pas être
appliquées.
    "Il faudra plusieurs mois avant que les droits de douanes
prennent effet de part et d'autre et soient mises en place et
nous espérons que la Chine fera le bon choix", a-t-elle déclaré
à la presse.
    "Je pense toutefois que s'il n'y a aucun changement de
comportement de la part des chinois et qu'ils ne mettent pas fin
à leurs pratiques injustes, alors nous irons de l'avant",
a-t-elle ajouté.
    
    LE DOLLAR EN RECUL
    L'initiative de l'USTR faisait déjà suite à l'annonce,
dimanche soir par Pékin, de l'instauration de droits de douane
pouvant atteindre 25% sur 128 produits américains, dont la
viande de porc et le vin, représentant une valeur de trois
milliards de dollars. Cette action chinoise était elle-même une
riposte à la décision des Etats-Unis de taxer les importations
d'aluminium et d'acier.
    La National Association of Manufacturers aux Etats-Unis a
réagi prudemment à la liste de l'USTR. Les droits de douane sont
une des réponses possibles, dit-elle, mais ils vont se traduire
par des coûts supplémentaires pour les industriels américains
qui utilisent les produits chinois, ce qui augmentera leur prix
de vente.
    Un grand nombre de produits assemblés par des sociétés
américaines en Chine sont exclus de la liste, comme les
téléphones d'Apple  AAPL.O  ou les ordinateurs portables de
Dell. Les chaussures et les vêtements ne figurent pas sur la
liste de l'USTR. Elle comprend en revanche les téléviseurs à
écrans plats et les véhicules à moteur de trois litres maximum,
électriques ou à essence. 
    Une analyse de Reuters comparant les produits visés et les
données officielles sur les importations montre que les
Etats-Unis ont importé de Chine pour 3,9 milliards de dollars de
téléviseurs à écrans plats en 2017 et pour 1,4 milliard de
véhicules.
    Plus de 200 produits figurant sur la liste n'ont pas été
importés par les Etats-Unis l'an dernier, notamment les gros
avions et les satellites de communication. Certains autres,
comme l'artillerie, ne seront sans doute jamais importés.
    
    ALGORITHME
    La publication de cette liste ouvre une période de
consultation publique qui devrait durer environ deux mois. Après
quoi l'USTR prévoit d'annoncer sa décision définitive. Une
audience publique sur les droits de douane est prévue le 15 mai.
    L'excédent commercial chinois avec les Etats-Unis s'est
élevé à 375 milliards de dollars l'an dernier. Donald Trump a
dit vouloir réduire ce montant de 100 milliards de dollars. 
    La liste a été établie via un algorithme afin de choisir les
produits qui affecteront le plus les exportateurs chinois, tout
en limitant les dégâts pour les consommateurs américains.
    La liste a subi un premier nettoyage, indique un responsable
de l'USTR ayant requis l'anonymat. Les produits considérés comme
trop importants pour l'économie américaine en ont été retirés.
    "Les produits restants ont été classés selon l'impact
probable sur le consommateur américain, à partir des données
commerciales disponibles avec des pays alternatifs
d'apprivoisement pour chaque produit", indique-t-on.
    Les droits de douane annoncés mardi, a indiqué l'USTR, sont
instaurés "en réponse à la politique de la Chine qui contraint
les entreprises américaines à transférer leur technologie et
leur propriété intellectuelle aux entreprises chinoises".
    L'USTR fustige aussi "l'intention déclarée de la Chine de
prendre le leadership économique dans les technologies de
pointe". La Chine dément exiger des transferts de technologie. 
    La liste de l'USTR cible en grande partie les produits
technologiques de pointe qui bénéficient du programme "Made in
China 2025" mis en place par le gouvernement chinois. 
    Pékin veut par ce biais remplacer ses importations de
technologies avancées par des produits nationaux et acquérir une
position dominante dans les industries du futur.
    "Made in China 2025" cible dix secteurs déclarés
stratégiques par Pékin : informatique, robotique, aéronefs,
véhicules à énergie nouvelle, produits pharmaceutiques, matériel
électrique, matériaux avancés, équipements agricoles,
construction navale et équipement ferroviaire.
    Nombre de produits de ces secteurs apparaissent sur la liste
de l'USTR, comme les antibiotiques et les robots industriels.

 (Avec Jason Lange, Ginger Gibson, Steve Holland et David à
Washington, Michael Martina, Cheng Fang, Ryan Woo, Ben
Blanchard, Tony Munroe, Cate Cadell à Pékin et Engen Tham à
Shanghai
Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service
français)
 

Valeurs associées

-1.08%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

1.05 -0.19%
1.1106 0.00%
66420.39 +1.11%
0 0.00%
5.84 +6.18%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.