Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

SMCP : nouvel avertissement et plus bas depuis son IPO
information fournie par AOF 29/01/2024 à 16:25

(AOF) - SMCP recule de 0,87% à 2,85 euros après avoir lancé vendredi dernier un avertissement sur ses résultats 2023, le second depuis septembre. Ce matin, le titre de l’entreprise de prêt-à-porter a inscrit un plus bas depuis son introduction en Bourse en 2017 à 2,40 euros. SMCP cible désormais un chiffre d'affaires 2023 d'environ 1,230 milliard d'euros, soit une croissance à taux constants de 3,8% contre une estimation précédente d’une croissance moyenne entre 4-6%. Elle prévoit aussi une marge d'EBIT ajusté entre 6,4 et 6,6% du chiffre d'affaires (contre précédemment 7 à 9% du chiffre d'affaires).

En parallèle, la maison-mère des marques Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac a accéléré son plan d'économies au dernier trimestre 2023 et a continué de faire de sa solidité financière une priorité : diminution de la dette nette à fin décembre 2023, maintien d'un bon niveau de liquidité et réduction des stocks par rapport à 2022.

SMCP, dont l'action chute de plus de 18% depuis le début de l'année, reviendra plus en détail sur les performances annuelles 2023 et la poursuite du plan d'économies pour 2024 lors de la présentation de ses résultats le 28 février prochain.

En attendant, la société a indiqué vendredi également que ses ventes sont restées stables au quatrième trimestre 2023, par rapport à 2022 à taux constants, dans un contexte macro-économique qui a continué de se détériorer : tensions géopolitiques accrues, consommation des ménages atone et inflation persistante.

"La bonne résilience du groupe aux Etats-Unis a permis toutefois de compenser un mois de décembre difficile en Europe (en particulier en France), et moins dynamique qu'attendu en Chine", a expliqué SMCP. Malgré ces vents contraires, le groupe a choisi de maintenir une politique de discount très rigoureuse.

AOF - EN SAVOIR PLUS

En savoir plus sur le secteur luxe et cosmétiques

Des performances contrastées dans la beauté

Pénalisé par le marché chinois, Estée Lauder a subi une chute de ses ventes de 10% à 15,9 milliards de dollars sur son exercice annuel 2022-2023, clos fin juin. Le bénéfice net du groupe américain a même baissé de 58% sur un an à 1,01 milliard de dollars. Sur un marché mondial de la beauté dynamique, le groupe affiche donc une contre-performance, alors que son rival, Coty, a publié de très bons résultats. Pour l'année 2022-2023, clôturée fin juin, ses ventes ont bondi de 12%, à 5,55 milliards d'euros, dépassant les prévisions des analystes. Son bénéfice d'exploitation a plus que doublé et son bénéfice ajusté a augmenté de 20%. Le groupe entend poursuivre sa montée en gamme pour dépasser les 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires d'ici 2026. Quant à L'Oréal, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 20,6 milliards d'euros au premier semestre, en hausse de 12% sur un an. Son bénéfice net a progressé de 4% à 3,35 milliards d'euros. Toutefois au troisième trimestre la croissance d'activité du géant mondial des cosmétiques a ralenti (+4,5% sur un an), pénalisée par ses ventes en Chine. Ces acteurs bénéficient d'un marché de la beauté qui devrait croître annuellement de 6% en moyenne d'ici 2028 selon McKinsey,

Valeurs associées

2,37 EUR Euronext Paris +11,29%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 29/01/2024 à 16:25:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.