Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Recommandations d'investissement : Bonheur, achat fort ; Mal-être, restez à l'écart !

Le Cercle des analystes indépendants24/01/2017 à 10:55

Recommandations d'investissement : Bonheur, achat fort ; Mal-être, restez à l'écart !

Après 15 années de finance de marché « classique » dictée par l’analyse financière et les éléments comptables afin de recommander d’acheter ou vendre des actions, j’en viens à la conclusion que ces éléments ne suffisent plus à faire fructifier les placements. En effet, « la responsabilité sociale de l’entreprise ne fait que maximiser la valeur [ de l’] entreprise dans le temps… A long terme, les questions sociales et environnementales deviennent des questions financières » [i]. L’analyse extra-financière nous aide à surperformer le marché. Vendez le mal-être et achetez le bonheur !

Vendez les valeurs « Mal-être » 

Depuis la crise des années 90, les économistes et stratégistes n’ont eu à la bouche que le mot déflation pour expliquer les raisons de la baisse de 50 % du Nikkei depuis 1989. Pourtant, après 30 ans de traitement de choc[ii], le malade est toujours très souffrant. Et si le problème n’était tout simplement pas financier mais extra-financier ? En effet, le pays est devenu le laboratoire de l’épuisement humain[iii] et l’évolution du Nikkei sa triste conséquence financière.

Source : Thomson Reuters, calculs AMF ; base 100 : 1 janvier 1988

 

Le pays du soleil levant présente un des taux de productivité au travail les plus faibles au monde.  Les études de John Pencavel[iv] sur la productivité illustrent bien comment le Japon s’est effondré après avoir atteint les sommets de puissance économique mondiale et comment ce retard risque de s’accentuer. Ainsi, les japonais semblent avoir perdu tout sens du travail pour être payés en fonction des heures passées. Pire, un japonais sur cinq risque la mort par surmenage. Le phénomène est global et alarmant puisque plus de la majorité des sociétés cotées auraient des salariés en risque «karoshi», littéralement «mort par excès de travail»[v].

Encore aujourd’hui, mes entretiens avec les professionnels de la gestion me montrent à quel point l’éducation financière reste un totem qu’il ne faut pas brusquer. Le simple fait d’évoquer le taux d’absentéisme comme un indicateur avancé de la performance financière provoque l’écarquillement des yeux de mes interlocuteurs. Pourtant, grâce au site internet Glassdoor, huit millions de salariés donnent leur avis sur leurs employeurs et permettent de mieux cerner  la potentialité des risques à venir. En effet, celles qui n'investissent pas sur la qualité au travail le paient en termes de chiffre d'affaires et de marges.

 

Achetez les valeurs « bonheur »

Australie 1798, le capitaine John Hunter fait la découverte stupéfiante d’un animal encore inconnu, l’Ornithorynque (Platypus en anglais). Les plus éminents spécialistes pensent qu’un bec de canard a été cousu sur la fourrure d’un animal ressemblant à un castor. Pour l’époque, il était impossible de ne pas avoir de doute sur l’existence réelle de cette trouvaille. De nos jours, évoquer le lien entre rentabilité et bonheur provoque les mêmes comportements chez les investisseurs. Ne dit-on pas que l’argent fait le bonheur ? Or, c’est bien le contraire qui se passe : le bonheur fait les bénéfices !

Bonheur dans l’entreprise : Investir dans les entreprises où les salariés sont heureux est plus performant qu’investir dans les indices classiques. L’analyse boursière des entreprises figurant au palmarès des 100 Best Companies to Work For de Fortune a démontré que les meilleures entreprises cotées en bourse battent systématiquement les indices boursiers par un facteur de trois.

Source : https://www.greatplacetowork.com/culture-consulting/financial-performance

Bonheur en dehors de l’entreprise : l’amour pour client (non pour de son argent) est aussi bénéfique. Entre 2000 et 2011, l’indice Stengel 50 (50 premières entreprises du monde dont la mission est centrée sur la véritable satisfaction du client) gagne près de 400% contre - 8% pour l’indice S&P 500v.

Cependant il existe deux limites au bonheur : premièrement, il doit être recherché comme un but en soi et non pas un moyen de gagner plus. Les manipulateurs sont démasqués et ont plus à perdre qu’à y gagner[vi] Ensuite, il n’existe malheureusement pas de formule magique mais selon les chercheurs de l'University College de London, l’équation mathématique du bonheur existe : 

Recommandations d'investissement : Bonheur, achat fort ; Mal-être, restez à l'écart !

En ce début d’année 2017, investisseurs, je vous souhaite tout simplement tous mes vœux de bonheur et donc de performance !

 

Jean-Marc CLAMY

Directeur de l’Analyse et du Conseil extra-financiers auprès des investisseurs chez EthiFinance

www.ethifinance.com

 

 

[i] Lars Sorensen, patron de Novo Nordisk « PDG le plus performant du monde », Harvard business Review en 2015

[ii] Des milliards de Yen ont été déversées par la Banque Centrale Japonaise et les politiques budgétaire accommodantes.

[iii] Livre Blanc du Ministère japonais du travail et de la santé 2016 remis à premier ministre Shinzo Abe

[iv] The Productivity of Working Hours ; April 2014

V Grow : How Ideals Power Growth and Profit at the World's Greatest Companies Hardcover – Deckle Edge, December 27, 2011, by Jim Stengel

Vi Michael L. Barnett and Robert M. Salomon. 2012. “Does It Pay to Be Really Good? Addressing the Shape of the Relationship between Social and Financial Performance.” Strategic Management Journal 33 (2012): 1304–1320.

 

 

 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.