Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Pourquoi la bourse s'en prend aux banques ? » (Cercle des économistes)

Boursorama15/02/2016 à 10:34

Le secteur bancaire est mal-aimé des marchés depuis le début de l'année.

Depuis le début de l’année, les banques européennes ont perdu environ un quart de leur valeur en bourse. Les banques françaises ont vu leurs actions fondre de 30%. Est-ce bien raisonnable ? L’économiste Jean-Paul Betbeze explique pourquoi cette tendance est, selon lui, étonnante.

Pas facile de comprendre pourquoi la bourse fait subir aux banques ces baisses. En 2008, on pouvait comprendre : c’était la Grande récession. En Espagne, en 2012, aussi : c’était la bulle immobilière. En Grèce, en 2015, bien sûr : c’était la bulle, et des comptes troubles dans des banques très fragiles, dans une économie en crise. Mais aujourd’hui, faire chuter des banques italiennes qui auraient bien plus de créances douteuses que prévu alors que le système de protection se met en place ? Penser que la Deutsche Bank va faire défaut sur des obligations ? Sanctionner la Société générale (qui vient d’annoncer des profits en hausse de 45 %) parce qu’elle ne peut jurer que la rentabilité de ses fonds propres atteindra 10 % en 2016… c’est un peu fort !

De fait la croissance est en train de faiblir, et ceci ne dit rien de bon pour les futurs profits bancaires. Les ralentissements pourraient conduire à des crédits compromis, puis à des pertes qui pousseraient à la récession. Mais aujourd'hui, ce n'est pas de récession qu'il s’agit aux États-Unis et en Europe. C'est d'une reprise modeste chez les premiers, et très lente – mais qui se poursuit – chez la seconde.

Partout les taux sont très bas, donc, sauf erreur d’octroi, les crédits compromis devraient être réduits. Aux États-Unis, la pente des taux est de 150 points de base, ce qui permet des marges. En zone euro, la pente est très plate et l’inflation nulle, ce qui oblige à faire plus attention que jamais aux crédits et à serrer les écrous sur la gestion.

Ensuite, la zone euro a une politique monétaire qui assure sans problème toute la liquidité nécessaire aux banques. A-t-on oublié ? Elle dispose d’une union bancaire, autrement dit de systèmes de tests et de surveillance, plus de systèmes d’aides. A-t-on oublié ?

Bien sûr le système bancaire va changer avec la nouvelle économie de la communication. De plus en plus de clients particuliers vont accéder à leurs banques par smartphone sans se rendre dans leur agence, ce qui est moins cher que des réseaux en dur. Des clients particuliers vont demander en direct des crédits, mais on pourra mieux les connaître et les suivre. Bien sûr il va y avoir plus de désintermédiation et de crowdfunding. Mais les banques achètent des fintechs et ouvrent leurs banques directes. Bien sûr, il va y avoir d’importantes secousses, notamment sociales, mais les banques le savent.

S’inquiéter tant des banques dans la période actuelle est surprenant. On pourrait plutôt s’inquiéter du fait qu’elles sont bridées et trop contrôlées, pas de l’inverse. On peut être surpris du fait que leur valorisation baisse encore, maintenant que leur levier a lui-même baissé depuis longtemps, que la pente des taux est aplatie et que la croissance est plus faible. Les banques savent que leurs ventes doivent être plus encadrées (MIFID II), leurs risques plus suivis, leurs règlements et leurs reportings plus serrés. Elles vivent une technologie omniprésente et une concurrence féroce. Donc il y aura des spécialisations et plus encore des concentrations, mais pas de drames – ils sont plutôt derrière.

La banque va se simplifier, se rapprocher des clients, fonctionner dans un monde moins intermédié. Il y aura des incubateurs et de nouveaux venus, entre banque et assurance, avec les télécommunications qui vont entrer dans le jeu, avec encore plus d’innovations. Mais les solder à ce point, est-ce dire qu’il en faut moins de meilleures, ou qu’il n’en faut plus du tout ? Les marchés devraient dire – s’ils savent !

Jean-Paul Betbèze

Jean-Paul Betbeze est membre du Cercle des économistes, président-fondateur de Betbeze Conseil SAS et Economic Advisor de Deloitte.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd’hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l’initiative repose sur une conviction commune : l’importance d’un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.