Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Marchés : « La parfaite raison fuit toute extrémité » (Cercle des analystes indépendants)

Boursorama 07/01/2016 à 13:56

Cours du baril de Brent depuis 10 ans. Source : Factset et Valquant.

Les indices boursiers européens souffrent fortement alors que les craintes en Chine reviennent sur le devant de la scène. La chute du pétrole vient ajouter de l’huile sur le feu. Eric Galiègue, président du Cercle des analystes indépendants, reste toujours négatif sur les perspectives de l’année 2016.

Bien des mots qui ont été écrits il y a très longtemps conservent toujours leur actualité. Lorsque Molière a écrit Le Misanthrope, il n’imaginait  pas que l’on puisse le citer pour évoquer la situation des marchés financiers et du marché du pétrole en 2016. Pourtant, l’évocation  de la raison pure (ou du bon sens) et des extrêmes (ou l’hyper volatilité des cours) n’a jamais été aussi adaptée à la situation actuelle.

Ainsi en est-il du marché  du pétrole. L’impact des cours du pétrole sur les marchés financiers (actions et obligations) est pour le moins ambigu. Il y  a un an, nous étions les premiers à louer les effets bénéfiques de la baisse des cours de l’or noir pour notre scénario de marché haussier. Aujourd’hui, après une baisse effrénée jusque 36$  le baril, la déroute des prix  des prix du pétrole est devenue très dangereuse.

Nous considérons qu’il existe, pour le pétrole comme pour toutes les variables financières, des « zones de confort », au sein desquelles les variations de cours sont relativement neutres. Le marché est alors à l’équilibre, et, finalement, les prix qu’il pratique conviennent à tous ses acteurs. Ils  n’affectent pas les autres marchés. Cette zone de confort peut être placée au sein d’une fourchette 50-90$ le baril.

Avec un point moyen de 70$, la facture pétrolière représente environ 3,5 % du PIB mondial, et tout le monde s’en accommode : les investissements peuvent être réalisés avec une certaine sérénité, les « petro dollars » sont recyclés sur les marchés financiers occidentaux, les variations de cours du pétrole  ont un rôle de « stabilisateur automatique de conjoncture » : c’est alors la « parfaite raison » qui domine.

''Nous n'achetons pas le CAC40 malgré la baisse récente'', affirme Eric Galiègue.

Au-delà de 90$ le baril, (période de 2005 à 2014), la ponction sur le pouvoir d’achat des pays consommateurs était très importante : la facture pétrolière valait 5 %  du PIB mondial, le frein à la consommation était évident. En revanche, de tels prix justifiaient des investissements dans des énergies renouvelables, et facilitaient la transition énergétique. L’impact sur la croissance économique immédiate était négatif, mais il était favorable sur les investissements à très long terme.

En deçà de 50$  le baril, on entre dans les « extrêmes » de Molière. L’effet positif sur la consommation devient asymptotique. En revanche, l’effet de signal sur l’économie mondiale est très négatif : la chute des prix du pétrole, malgré une situation géopolitique qui a rarement été aussi dégradée dans les pays producteurs, reflète la faiblesse de la demande. Elle montre que la grande panne de croissance mondiale affecte durablement le prix des matières premières essentielles.

Ce mouvement détruit les investissements, notamment dans les gaz et pétroles de schiste, qui ont pu être menés lorsque les prix étaient très supérieurs et devaient le rester longtemps…  Elle affecte également la sphère financière elle-même. Des pays qui étaient pourvoyeurs de liquidités et acheteurs nets d’actifs financiers, deviennent  vendeurs ou en tous cas n’achètent plus : c’est le cas des monarchies pétrolières du Golfe, mais aussi de grand fonds souverains comme celui de la Norvège.

Surtout, elles  fragilisent des pays entiers (Algérie, Nigéria, Venezuela, Brésil…), qui sont au bord du défaut de paiement. Le plus grand et le plus proche de ces pays est la Russie, qui souffre d’ores et déjà d’une récession particulièrement marquée. Faut-il rappeler que ce pays a fait défaut en 1998, ce qui a suscité un effondrement des marchés financiers ? L’agressivité de la Russie, son attitude récente vis-à-vis de la Turquie, et, bien sûr de l’Ukraine, est très inquiétante, et n’est pas sans rapport avec la chute vertigineuse de ses revenus pétroliers.

La « parfaite raison »  ne peut fuir cette « extrémité » : les cours du pétrole sont trop bas.

La chute des  cours du pétrole contribue activement  à la crise financière qui se profile. Nous n’achetons pas le CAC 40 malgré la baisse récente.

Eric Galiègue

Le Cercle des analystes indépendants est une association constituée entre une douzaine de bureaux indépendants à l'initiative de Valquant, la société d’analyse financière présidée par Eric Galiègue, pour promouvoir l'analyse indépendante.

Mes listes

valeur

dernier

var.

8.732 -3.51%
EDF
13.305 -0.71%
122.65 -0.24%
0.395 -0.13%
4.568 +0.20%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.