Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

LVMH saisit la justice pour rejeter la requête en urgence de Tiffany
Reuters17/09/2020 à 17:45

(Actualisé avec précisions, contexte et cours de Bourse)

PARIS, 17 septembre (Reuters) - LVMH LVMH.PA a annoncé jeudi avoir déposé ses conclusions devant le tribunal du Delaware auquel il demande de rejeter la requête en urgence du joaillier américain Tiffany TIF.N , que le groupe de luxe français a renoncé à acquérir.

Tiffany a porté plainte dans cet Etat de la côte Est américaine, où la société est enregistrée, afin de contraindre LVMH à finaliser l'opération de rachat estimée à 16,2 milliards de dollars (13,7 milliards d'euros) et réclame un verdict avant le 24 novembre, soit la date limite de finalisation de l'accord.

Dans son communiqué, LVMH dit avoir demandé au tribunal de rejeter la demande de Tiffany "de statuer dans un délai si court qu'il serait incompatible avec une administration de la justice dans la sérénité".

"En demandant à la justice de statuer en urgence - et en communiquant de manière aussi fébrile que précipitée -, les dirigeants de Tiffany n'ont pour objectif que d'éviter d'avoir à répondre, notamment devant leurs actionnaires, de leur mauvaise gestion et de voir leurs arguments contre LVMH tomber les uns après les autres", ajoute le géant français du luxe.

Pour LVMH, non seulement il n'y a "aucune raison objective" à accélérer la procédure, mais le fait d'avoir un procès dans un délai de six à sept mois permettrait aux deux groupes de mieux se préparer.

"Tiffany ne donne aucune raison pour laquelle ce tribunal devrait déplacer des montagnes", écrit le groupe dirigé par Bernard Arnault dans son dossier judiciaire.

ACCUSATIONS RÉCIPROQUES

Le mariage entre LVMH et Tiffany aurait permis au groupe français de se renforcer sur le marché de la joaillerie dans le cadre de la plus importante acquisition dans le secteur du luxe.

LVMH reproche désormais au groupe américain sa "mauvaise gestion" de la crise du coronavirus et le versement de dividendes.

Tiffany a accusé une perte nette de 33 millions de dollars au premier semestre 2020, alors que la perte de la division joaillerie et horlogerie de LVMH était de 17 millions d'euros. Le groupe américain a néanmoins donné son aval au versement de dividendes trimestriels de 0,58 dollar par action en mai et en août, comme le permet l'accord de fusion.

Selon LVMH, Tiffany aurait dû s'abstenir, dans la mesure où il perdait de l'argent et subissait une diminution des ventes due à la crise sanitaire. LVMH a réduit de 30% son propre dividende au titre de l'exercice 2019.

Pour LVMH, l'examen de la situation économique de Tiffany relève d'un cas de force majeure (material adverse effect), une clause jointe à l'accord de fusion qui permet d'annuler l'opération.

Le joaillier américain reproche pour sa part à LVMH d'avoir cherché à plusieurs reprises un prétexte pour invoquer cette clause. Il accuse également le géant français de retarder sciemment l'obtention des autorisations administratives relatives aux règles anti-trust à travers le monde, ce que dément LVMH.

A la Bourse de Paris, l'action LVMH a terminé en baisse de 1,4% à 420 euros. A Wall Street, Tiffany abandonnait 0,70% à 115 dollars au même moment.

(Sarah White et Silvia Aloisi, Nicolas Delame, Henri-Pierre André et Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Euronext Paris -0.37%
NYSE +0.03%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer