Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les doutes sur les banques reprennent de plus belle et les marchés chutent lourdement

Boursorama11/02/2016 à 10:48

Les marchés européens poursuivent jeudi 11 février leur mini-krach de début d'année.

Les marchés européens rechutaient nettement jeudi malgré un rebond enregistré la veille. Le CAC40 perdait 3,81% à 10h30, enregistrant sa plus forte baisse depuis le début de l’année dans un contexte extrêmement agité depuis un mois et demi.

Société Générale, dont les annonces ont déçu jeudi matin, chutait de 12% à 27,5 euros vers 10h30, entraînant dans son sillon l’ensemble du secteur bancaire. BNP Paribas perdait 6,31%, de même que Crédit Agricole lâchait de nouveau 6,94%. Dans le secteur de l’assurance, Axa perdait pour sa part 5,64%.

Depuis le début de l’année, commencée il y a seulement six semaines, les banques françaises ont perdu aux alentours de 30% de leur valeur en Bourse.

L’industrie, cyclique et toujours « vendue » par temps de doutes, était également durement affectée, ArcelorMittal (-6,36%) et LafargeHolcim (-6,32%) s’affichant toujours parmi les plus fortes baisses du CAC40 après avoir enregistré un rebond appréciable hier. Ces deux valeurs ont également perdu plus de 30% depuis le début de l’année.

Le secteur pétrolier et parapétrolier souffre pour sa part d’une rechute des prix du baril. Le WTI américain vient de retrouver son plus bas niveau du mois dernier, à 26,6 dollars/baril (-2,78%), bien que le Brent européen reste encore au-dessus de 30 dollars/baril. Hors CAC40, Vallourec perd encore 4,5% (-61% depuis le début de l’année), CGG connaissant un parcours semblable.

Publicis, seul rescapé du CAC40 dans ce contexte très agité, gagnait plus de 5% grâce à des résultats jugés cette fois-ci satisfaisants avec la hausse de 25% de son bénéfice net part du groupe.

Banques : résultats 2015 solides, moins d'optimisme 2016

La banque rouge et noire s’est pourtant montrée satisfaite jeudi de ses résultats de l’an passé, avec un résultat net annuel de 4 milliards d’euros, en forte hausse par rapport à 2014 où le même chiffre s’était élevé à 2,7 milliards d’euros. Le niveau du résultat net de l’année 2015 est ainsi revenu à son plus haut niveau depuis 2010.

Les investisseurs ont néanmoins sanctionné l’absence de confirmation des objectifs 2016 du groupe en termes de rentabilité, Société Générale ayant préféré se montrer prudente vis-à-vis de ses perspectives pour l’année 2016 dans l’actuel cadre des incertitudes sur l’économie mondiale.

La mésaventure de Société Générale ce jeudi est symptomatique du sentiment de marché négatif d’apparence exagérée qui affecte le secteur bancaire. Les résultats des banques françaises comme américaines apparaissent toujours solides, à l’instar de ceux de BNP Paribas la semaine dernière, et il ne fait aucun doute que les banques européennes ont poursuivi leur croissance en 2015 par rapport à 2014 sans être affectées par des pertes notables.

Néanmoins, les investisseurs perçoivent un certain nombre de signes suggérant que l’année 2016 pourrait être plus mauvaise que l’année 2015 pour le secteur bancaire. Les investisseurs semblent prendre conscience depuis le début de l’année des risques que la restructuration de la dette de certaines entreprises du secteur industriel (secteur parapétrolier, métallurgie, industrie lourde) fait peser sur le secteur bancaire qui soutient la dette de ces entreprises.

Reste à savoir si ces doutes sont exagérés ou non. De nombreuses sociétés de gestion, sauf peut-être Carmignac, soulignent depuis le début de l’année que les perspectives économiques restent globalement bonnes en zone euro pour l’an prochain, ce qui devrait être un terrain favorable pour la rentabilité des établissements bancaires.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.