Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le taux français à 10 ans s'approche du territoire négatif

Boursorama04/07/2016 à 18:51

Les taux de certains emprunts d'Etat, dont les OAT françaises, ont connu un nouveau décrochage au cours des dernières séances, à la suite du ''Brexit''.

Sur les marchés, les taux d’emprunt des grands Etats de la zone euro ont accentué leur chute tout au long de la semaine dernière. Le taux à 10 ans allemand (Bund) est désormais bien ancré en territoire négatif. En France, l’OAT à 10 ans s’approche également des taux négatifs.

La France va-t-elle bientôt suivre le parcours de l’Allemagne et emprunter à taux négatifs pour toute échéance de 10 ans ou moins ? Ce scénario, qui semblait encore lointain il y a quelques semaines, se précise désormais très sérieusement.

Les taux à leur plus bas historique suite au « Brexit »

Le taux à 10 ans français, qui était déjà proche de son plus bas historique à 0,45% juste avant l’annonce du « Brexit », n’a cessé de chuter depuis le 24 juin, atteignant un nouveau plus bas historique à 0,15% vendredi 1er juillet. Lundi 4 juillet, le taux remontait marginalement à 0,17% selon Bloomberg.

Evolution du taux de l'OAT à 10 ans française depuis avril 2014. Source : Boursorama. Cotations légèrement différentes de celles affichées par Bloomberg.

Les finances publiques françaises bénéficieront largement de cette situation lors des prochaines émissions de dettes, qui pourront se faire à des taux proches de 0% pour une échéance de 10 ans. Pour les échéances plus courtes, l’Etat français empreinte déjà à taux négatifs depuis de nombreux mois.

Le taux à 10 ans allemand, pour sa part, est déjà passé en territoire négatif le 14 juin dernier et, malgré un éphémère rebond en territoire positif, est repassé en territoire négatif suite à l’annonce du « Brexit ». Lundi 4 juillet, le Bund s’échangeait au taux de -0,12%.

Les obligations d’Etat américaines à 10 ans sont elles aussi revenues à un niveau proche de leur plus bas historique suite à l’annonce du « Brexit », à seulement 1,44% en fin de semaine dernière. La baisse des taux obligataires ne se cantonne donc pas aux obligations de la zone euro.

À l’origine de ce phénomène se trouve le sentiment, chez les investisseurs, que les banques centrales vont encore largement poursuivre dans les prochains mois leur actuelle politique accommodante par réaction au « Brexit ». La Fed ne devrait pas relever ses taux cet été, de même que la BCE pourrait sortir de nouvelles armes anti-crise dont la nature reste encore à définir. Les obligations émises par les Etats les mieux notés par les agences de notation ont également fait office de « valeur-refuge » au cours des derniers jours.

« Les obligations souveraines de haute qualité, déjà chères, sont simplement devenues encore plus chères » commentait vendredi 1er juillet Natixis Global Asset Management dans une note de marché. En effet, sur le marché obligataire, la baisse des taux va de pair avec la hausse du prix des obligations déjà émises.

Les taux des pays périphériques baissent également en zone euro

La baisse des taux ne concerne pas uniquement les obligations des grands Etats faisant office de « valeurs-refuges » : en zone euro, les Etats les plus « risqués » empruntent également à des taux plus faibles depuis la semaine dernière.

Pourtant, le 24 juin, lorsque les marchés ont intégré l’annonce du « Brexit », les taux des pays périphériques ont augmenté, notamment sur les taux à 10 ans portugais, espagnol et italien. Mais le « stress » sur les taux des pays périphériques s’est rapidement résorbé et ces mêmes taux sont repassés la semaine dernière sous leur niveau d’« avant-Brexit ».

À titre d’exemple, le 10 ans portugais est passé de 3,10% jeudi 23 juin à 3,35% vendredi 24 juin, avant de retomber à 2,99% lundi 4 juillet. Le taux à 10 ans portugais reste assez loin de son plus bas historique atteint le 13 mars 2015 à 1,56% (à l’occasion du lancement du « quantitative easing » de la BCE).

Evolution du taux à 10 ans portugais depuis avril 2014. Source : Boursorama. Cotations légèrement différentes de celles affichées par Bloomberg.

Bien que ce nouvel accès de baisse sur les taux souverains bénéficie aux finances publiques des pays concernés, le phénomène constitue également un défi économique pour les banques, les assurances et les épargnants eux-mêmes.

Les banques et les assurances, du fait de la régulation à laquelle elles sont soumises, sont obligées de posséder un important stock d’obligations souveraines dans leur bilan. La chute des taux se traduit donc par une compression de la profitabilité de ces investissements.

Pour les épargnants, la poursuite de la baisse de taux signifie également une poursuite de la baisse des rendements. Certains investissements-phares comme les fonds en euros d’assurance-vie en France, majoritairement investis en obligations souveraines, continueront inévitablement de voir leur rendement moyen s’effriter cette année.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Mes listes

valeur

dernier

var.

117.5 -0.11%
1.111 +0.24%
87.52 -0.05%
EDF
11.59 -3.42%
110.7 +0.56%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.