Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

CREDIT AGRICOLE SA

13.5000EUR
+0.37% 
Ouverture théorique 13.5000
indice de référence CAC 40

FR0000045072 ACA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    13.4600

  • clôture veille

    13.4500

  • + haut

    13.5300

  • + bas

    13.4050

  • volume

    3 219 481

  • valorisation

    38 422 MEUR

  • capital échangé

    0.11%

  • dernier échange

    19.04.18 / 17:35:12

  • secteur

    Banques

  • Indice de référence

    CAC 40

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    12.6900

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    14.3100

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter CREDIT AGRICOLE SA à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter CREDIT AGRICOLE SA à mes listes

    Fermer

Le secteur bancaire français redoute un "mauvais" accord de Bâle

Reuters12/06/2017 à 18:04
 (Actualisé avec source proche du dossier) 
    PARIS, 12 juin (Reuters) - Les banques françaises redoutent 
qu'un accord sur de nouvelles règles prudentielles 
internationales, dites de "Bâle 4", ne soit trouvé sur des bases 
qui leur soient défavorables, a déclaré lundi une source du 
secteur français. 
    "On est parti sur un assez mauvais deal", a déclaré cette 
source représentative des dirigeants des banques françaises,   
alors qu'une réunion du comité de Bâle doit se tenir en Suède 
les 14 et 15 juin.  
    L'inquiétude des banques françaises a été relayée fin mai 
par le gouverneur de la Banque de France, qui a dit que la 
France s'opposerait à un accord qui ne prendrait pas assez en 
compte les méthodes de calculs des risques utilisées par les 
banques françaises.   
    Ces dernières utilisent traditionnellement des modèles dits 
"internes" et estiment qu'une généralisation de la méthode dite 
"standard", largement pratiquée aux Etats-Unis, leur serait 
défavorable, notamment pour les crédits immobiliers.  
    La question d'un plancher minimum de capitaux immobilisés en 
fonction du degré de risque de certains crédits pose un problème 
de principe aux banques françaises. 
    Même fixé à un niveau relativement bas et à un horizon d'une 
dizaine d'années, un tel seuil minimum forcerait les banques 
européennes à lever encore de nouveaux fonds propres et 
augmenterait, soulignent-elles, les coûts des crédits et du 
financement de l'économie. 
    La proposition sur la table, qui fixerait le niveau minimum 
de fonds propres requis à 75% du montant calculé selon la 
méthode standard, est "inacceptable en l'état" pour la partie 
française.  
    Alors qu'elles pensaient pouvoir compter sur le soutien de 
l'Allemagne et des Pays-Bas, les banques françaises redoutent un 
affaiblissement du front européen face aux Américains.  
    "J'espère que le front franco-allemand n'a pas craqué", a 
dit la source bancaire française, alors que des dirigeants 
d'établissements financiers alertent en privé sur un possible    
affaiblissement des banques d'affaires européennes au profit des 
grands noms de Wall Street. 
    De source proche du dossier, on a appris lundi que la 
France, l'Allemagne, les Pays-Bas et la Commission européenne 
avaient rédigé un document commun qui a été remis mercredi 
dernier au président du Comité de Bâle. 
    "Il y a une position commune qui a été signée par la France, 
l'Allemagne, les Pays-Bas et la Commission européenne et qui a 
été déposée à la veille des négociations", a-t-on indiqué.  
    "On est sur un front européen relativement uni", a-t-on 
ajouté à propos du seuil minimum de fonds propres. 
    Le comité de Bâle, qui rassemble les autorités d'une 
trentaine de pays du monde entier, s'est donné pour but de tirer 
les leçons de la crise financière de 2008 et, par l'instauration 
de normes beaucoup plus dures, de prévenir l'éclatement de 
nouvelles crises. 
 
 (Julien Ponthus, avec Yann Le Guernigou, édité par Jean-Michel 
Bélot) 
 

Valeurs associées


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.