Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Laurent-Perrier : baisse annuelle des volumes dans un contexte d'incertitudes économiques
information fournie par AOF 24/05/2024 à 16:06

(AOF) - Laurent-Perrier (-0,42% à 95,80 euros) recule légèrement en Bourse après la publication ce matin de ses résultats annuels 2023/2024. "Durant la période du 1er avril 2023 au 31 mars 2024, le marché global du champagne a enregistré une baisse en volume de 11,8% par rapport à l'exercice précédent. Dans ce contexte, le groupe a connu, sur la même période, une diminution de ses ventes en volume de 12,4% par rapport à l’exercice précédent", explique la maison de Champagne. Malgré cela, les ventes de champagne sur cet exercice ont progressé 0,5% pour s'établir à 303,5 millions d'euros.

Cette performance s'appuie notamment sur la politique de valeur mise en place ces dernières années avec un effet prix/mix positif de 13% relativement à l'exercice 2022/2023.

Sur cet exercice 2023-2024, Laurent-Perrier a dégagé un chiffre d'affaires global de 312,5 millions d'euros, soit une hausse de 1,5%. Il était attendu à 309,5 millions d'euros. Le résultat net part du groupe a augmenté de 8,7% à 63,6 millions d'euros et le résultat opérationnel de 12% à 95,1 millions d'euros (contre 89 millions d'euros attendu). La marge d'Ebit s'élève à 31,3%, en amélioration de 3,2 points contre 28,8% attendu.

En outre, le cash-flow opérationnel ressort à 0,9 million d'euros, après avoir atteint 57,8 millions d'euros lors du précédent exercice, dans un contexte de ventes sous allocation. "Cette nouvelle performance est liée à la bonne tenue de l'activité, à la gestion exemplaire des stocks et à la maîtrise du besoin en fonds de roulement", souligne la maison de Champagne.

"Dans une époque troublée par des soubresauts géopolitiques et des incertitudes économiques, le Groupe Laurent-Perrier avance avec vigilance mais confiance, en poursuivant la mise en œuvre de son plan d'affaires, et maintient le cap de sa stratégie de valeur : champagne d'exception, portefeuille de marques renommées et complémentaires, approvisionnement de qualité et distribution mondiale bien maîtrisée", précise l'entreprise concernant ses perspectives.

AOF - EN SAVOIR PLUS

En savoir plus sur le secteur Agroalimentaire

Des prix de l'énergie qui flambent et un appel à l'aide

Dans le passé, l'énergie représentait un coût fixe de 3% du chiffre d'affaires. Cette année, ce pourcentage grimpe à 5% voire à 7% pour les TPE-PME, selon l'Ania (Association nationale des industries alimentaires. Les professionnels sont très inquiets car jusqu'à fin 2022 ils bénéficient généralement de couvertures pour amortir ces augmentations. Or elles ne sont pas reconduites pour 2023 et après. Par conséquent, 25 des principales organisations interprofessionnelles (Intercéréales, Inaporc, Semae, etc.) appellent l'Etat au secours face à l'érosion de leurs marges et de leur capacité d'investissement.

L'Etat a proposé plusieurs dispositifs, dont un " amortisseur électricité ", qui sont jugés insuffisants. Les organisations déplorent également l'échec des négociations européennes pour aboutir à un bouclier tarifaire permettant d'éviter les distorsions de concurrence. L'agriculture et l'agroalimentaire demandent un prix plafond maximum à 180 €/MWh alors que de nombreuses entreprises achètent à des prix supérieurs à 500€/MWh sur le marché français.

Valeurs associées

122,00 EUR Euronext Paris 0,00%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 24/05/2024 à 16:06:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.