Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

La valeur du jour à Paris - SMCP prend froid après son avertissement
information fournie par AOF 19/09/2023 à 11:30

(AOF) - SMCP se dirige tout droit vers une troisième séance consécutive dans le rouge. La maison-mère des marques Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac dégringole de 28,50% en Bourse à 3,775 euros au lendemain de son profit warning. Le groupe textile vise désormais une croissance moyenne à un chiffre de son chiffre d’affaires en 2023 contre " une croissance de son chiffre d’affaires à un chiffre dans la fourchette moyenne à haute ", précédemment et une marge d’EBIT ajusté comprise entre 7% et 9%.

Il tablait auparavant sur " une amélioration de sa marge d'EBIT ajusté vs. 2022 ", soit 9,2% du chiffre d'affaires.

SMCP, dont l'action chute de plus de 40 % depuis le début de l'année, anticipe une croissance modérée de ses ventes par rapport à 2022, avec un troisième trimestre stable ou en légère baisse, et un quatrième trimestre plus en ligne avec la tendance du premier semestre, bénéficiant notamment d'un effet de base favorable en Chine.

" Depuis la dernière publication du groupe fin juillet, les conditions de marché se sont globalement dégradées, avec un ralentissement de la croissance en Europe dans un environnement durablement inflationniste, comme en France où l'ensemble du marché enregistre une consommation atone depuis le début du mois d'août ", observe la maison-mère des marques Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac.

Le groupe communiquera son chiffre d'affaires du troisième trimestre le 26 octobre prochain.

AOF - EN SAVOIR PLUS

En savoir plus sur le secteur du luxe

Boom du marché pour encore plusieurs années

Selon le cabinet Bain & Company, le marché mondial du luxe (mode, voitures, hôtellerie, vins et spiritueux, croisières...) aura enregistré en 2022 un bond de 21% de ses ventes, à 1 384 milliards d'euros. Le segment des produits personnels de luxe (bijoux, vêtements, montres, maroquinerie...) devrait progresser de 22% et à nouveau croître de 3% à 8% en 2023 malgré le ralentissement économique attendu. La croissance devrait se poursuivre les années suivantes, avec une hausse qui devrait atteindre 60 % d'ici 2030 ! Selon Bain, la dépense des Américains en Europe a plus que doublé entre 2019 et 2022. Cette évolution s'explique en grande partie par un dollar fort. Le marché chinois est en revanche en berne en raison de la politique " zéro Covid " et des confinements stricts.

Valeurs associées

2,16 EUR Euronext Paris -8,88%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 19/09/2023 à 11:30:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.