1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'économiste Charles Gave lance un SOS

Le Point14/07/2014 à 13:23

Arnaud Montebourg, ministre de l'Économie.

Charles Gave est cet économiste libéral qui s'est fait connaître il y a une dizaine d'années par un premier livre (Des lions menés par des ânes, éditions Robert Laffont, 2003) qui avait eu un vrai succès d'estime. Dans cet essai, il prévoyait et annonçait la crise économique qui touche la France depuis quelques années et montrait à quel point nos entrepreneurs, "les lions", étaient critiqués, bridés, corsetés, assommés de charges, de réglementations et de taxes par "les ânes"qui nous gouvernent, issus pour la plupart d'une classe politique formée de fonctionnaires, de technocrates et d'apparatchiks notoirement incompétents.

Aujourd'hui, Charles Gave va beaucoup plus loin et nous annonce un inéluctable et prochain désastre : "En tant qu'économiste et homme d'affaires depuis quarante ans, je sais maintenant avec certitude que l'économie française va s'effondrer dans les trimestres qui viennent puisque M. Montebourg va faire passer une loi pour la croissance, comme il avait promis de sauver la sidérurgie française." Dans une chronique du 7 juillet à l'Institut des libertés qu'il a créé et qu'il préside, il explique pourquoi il est arrivé à cette dramatique conclusion : l'économie, rappelle-t-il, ne peut croître et créer des emplois que "si le système légal permet le déroulement du processus de création destructrice", défini par Joseph Schumpeter au milieu du XXe siècle.

"Destruction créatrice"

Ce principe est...

Lire la suite sur Le Point.fr

69 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mamberg
    19 juillet12:19

    ...Charly doit bien rire de bien de ces commentaires !!..aux "égalitaires" qui passent leur temps à cogner sur l'injustice de l'"héritage" je signale simplement que la majorité des "héritiers" est continuatrice des entreprises "héritées" ..en gardant son domicile fiscal en France!!!!!

    Signaler un abus

  • queb63
    15 juillet11:44

    Le libéralisme pourrait être équitable si nous supprimions l’héritage. Plus d’héritage voudrait dire égalité pour tous. Enfin beaucoup plus d'égalité et peut être que nos riches ne le deviendraient pas et serait au chômage ou RMIste. Je ne suis pas envieux juste un constat d'inégalité que les plus riches essayent de préserver de toutes les façons possibles. Et quoi de mieux que la carotte, le mirage du "Toi aussi tu peux devenir comme nous:RICHES".

    Signaler un abus

  • queb63
    15 juillet11:38

    On a l'impression de lire si tu es riche c'est que tu l'as mérité par ton courage bla bla bla. Et si tu es pauvre c'est que tu es une feignasse de première. Seulement entre celui qui a créé une entreprise (Michelin, Renault, Peugeot ....etc) et les enfants qui ont reçu cette masse d'argent je vois une GRANDE DIFFÉRENCE. Le créateur est "admirable", l’usufruitier non. Votre Libéralisme est là pour le 2ème groupe. Vous pouvez dire ADIEU à votre croissance elle est enterrée.

    Signaler un abus

  • queb63
    15 juillet11:33

    @dotcom1 vous avez très bien retenue la leçon. Libéralisme=asservissement votre espoir est un espoir de devenir ULTRA RICHE, car voila à qui s'adresse le message. Vouloir être le plus riche du cimeterre est une conception sociétale qui ne peut mener qu'au conflit et à la fin de votre système, sauf retour à l'Esclavagisme. +1 riche veut dire +1 pauvre le pauvre a-t-il démérité? Non, juste licencié pour avoir +1 riche.

    Signaler un abus

  • queb63
    15 juillet11:27

    Le problème n'est pas le Chômage, il provient principalement du fait que des masses d'argents sont placées ou investies, comme vous voulez, pour produire plus d'argent mais pour le Capital pas pour le travail. Qu'on arrête de nous vendre que les riches crées de la richesse. Ils en créent surtout pour eux-même et beaucoup moins pour les autres car nous ne sommes plus dans la création de choses nouvelles mais dans la préservation des anciennes.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.