Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Inflation : pourquoi les marchés redoutent un retour de la crise de la dette en zone euro ?
information fournie par Boursorama avec Media Services16/06/2022 à 15:33

La banque centrale européenne a annoncé un durcissement des conditions monétaires face à l’accélération de l'inflation.

La banque centrale européenne à Frankfurt, le 15 juin 2022. ( AFP / DANIEL ROLAND )

La banque centrale européenne à Frankfurt, le 15 juin 2022. ( AFP / DANIEL ROLAND )

Les marchés financiers tremblent après les annonces de la Banque centrale européenne . L'institution monétaire a évoqué, mercredi 15 juin, la perspective d'une remontée des taux . L'idée est de contrer l'inflation, notamment face à une envolée des taux de certains pays de la zone euro, mais face à la panique ambiante, la BCE a dû s'employer à rassurer les investisseurs.

Quelle est la situation sur les taux ?

L'annonce le 9 juin par la BCE d' un durcissement des conditions monétaires plus rapide que prévu en zone euro pour juguler l'inflation a violemment secoué le marché obligataire, où s'échange la dette déjà émise. Les achats d'actifs de la BCE s'arrêteront le 1er juillet 2022 et une remontée des taux directeurs (0,25 point de pourcentage) est prévue le même mois, une première depuis 2011.

Évolution des taux d'intérêts de la Banque centrale européenne (BCE) depuis 2008 ( AFP /  )

Évolution des taux d'intérêts de la Banque centrale européenne (BCE) depuis 2008 ( AFP / )

En conséquence, les taux d'intérêt des pays les plus endettés ont augmenté beaucoup plus que le taux allemand de référence (le Bund), signe de la défiance des investisseurs. Cet écart de taux, appelé "spread", s'est amplifié de façon spectaculaire après le message de la BCE de jeudi dernier qui a poussé les experts à anticiper une hausse totale d'environ 1,50 point de pourcentage, d'ici à la fin 2022.

Le taux italien à dix ans a dépassé lundi les 4%, un niveau plus vu depuis 8 ans, alors qu'il était encore à 0,50% à l'été 2021. L'écart avec le Bund s'est creusé à 2,50 points de pourcentage . Dans le contexte actuel, "une hausse des taux et des spreads est normale mais il y a un aspect irrationnel" sur lequel peut justement jouer la BCE, souligne Gilles Moëc, chef économiste d'Axa Investment Managers.

Y a-t-il péril en la demeure ?

Le niveau actuel de "spread" entre l'Allemagne et l'Italie fait ressurgir un risque de défiance à l'égard de la dette italienne et la menace d'une récidive d'une crise de la dette en zone euro après celle de 2011/2012. Pendant cette crise, environ 5 points de pourcentage séparaient le taux allemand et le taux italien, soit le double du niveau actuel. En 2021, cet écart était en moyenne de 1,35 point de pourcentage.

"Les conditions financières de l'Italie se détériorent beaucoup plus rapidement qu'ailleurs en zone euro", le pays ayant une croissance peu dynamique , constate auprès de l'AFP Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d'Allianz Global Investors. Tellement vite que cela "remet en cause les projets du gouvernement italien d'il y a trois mois", complète Gilles Moëc.

Quels signaux envoyés par la BCE ?

La BCE a décidé de tenir une réunion exceptionnelle mercredi. La dernière fois qu'elle s'était réunie de manière imprévue c'était en 2020 pour mettre en place le programme d'urgence contre la pandémie. Mercredi, la BCE a voulu montrer sa détermination à prendre le taureau par les cornes et à éviter de faire déraper les taux en zone euro et de créer la panique sur la dette italienne.

À l'issue de cette réunion, l'institution de Francfort a confirmé qu'un nouvel instrument "anti-fragmentation" serait conçu et a chargé ses équipes "d'accélérer" son élaboration. Elle a aussi promis d'appliquer "une certaine flexibilité dans le réinvestissement" des obligations détenues au titre de son programme d'urgence lancé pendant la pandémie (PEPP).

Concrètement "cela signifie qu'en attendant l'outil spécifique, la BCE va utiliser les réinvestissements du PEPP, peut-être en achetant de la dette italienne", détaille Franck Dixmier. Pour le reste du contenu de cet outil spécifique , c'est le grand flou pour le moment mais son annonce est néanmoins bienvenue, selon l'expert d'Allianz GI. D'ailleurs, les taux obligataires se sont largement apaisés dans la foulée des annonces de la BCE.

"C'est une condition nécessaire et suffisante pour que la BCE soit totalement libre dans la conduite de sa politique monétaire, qu'elle ne soit pas handicapée ni freinée dans ses hausses de taux", explique Franck Dixmier. En outre, savoir que " la BCE a pour objectif de lutter contre l'inflation mais qu'elle prend en compte ce qu'il se passe sur le marché financier et notamment les taux d'emprunt" a largement rassuré le marché, selon Ilana Azuelos-Bossard, directrice adjointe chez Kiplink Finance.

Valeurs associées

AXA
Euronext Paris -0.91%
XETRA -1.21%

7 commentaires

  • 16 juin17:20

    Archeon1 vous aviez prévu la pandémie de coronavirus et la guerre en Ukraine. Trop fort !


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.