Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

France-Nouveau critère pour définir les licenciements économiques

Reuters01/08/2017 à 18:55
    PARIS, 1er août (Reuters) - Un groupe international pourra 
se baser sur les seuls résultats économiques de sa filiale en 
France et non plus sur ses performances à l'échelle mondiale 
pour licencier pour motifs économiques, selon le nouveau texte 
du projet de loi habilitant le gouvernement à réformer le Code 
du travail. 
    Ce texte a en effet été amendé pour limiter le périmètre 
géographique des licenciements économiques au seul territoire 
national et non plus mondial, a annoncé mardi la commission 
mixte paritaire (CMP) Assemblée-Sénat sur ce dossier. 
    "Les représentants de nos deux chambres présents en CMP ont 
choisi d'acter le principe selon lequel le niveau d'appréciation 
des difficultés économiques par le juge a vocation à être le 
périmètre national", a dit le rapporteur de la commission, 
Laurent Pietraszewski. 
    Cette mesure avait été envisagée puis retirée de la loi El 
Khomri en 2016 en raison de l'opposition des organisations 
syndicales, une opposition toujours présente aujourd'hui.  
    "On n'est pas favorable à ce que ce soit purement national. 
On est pour que ça reste mondial, à tout le moins européen", a 
expliqué mardi à Reuters Michel Beaugas, secrétaire confédéral 
de Force ouvrière. "C'est trop facile de pouvoir organiser la 
'périclitation' d'une de ses filiales." 
    La CMP est parvenue à conclure un accord lundi pour 
rapprocher les points de vue du Sénat et de l'Assemblée 
nationale au sujet de la réforme.    
    Elle précise toutefois avoir conservé une clause qui permet 
de "prendre en compte toute disposition de nature à prévenir ou 
à tirer les conséquences de la création artificielle (...) de 
difficultés économiques à l'intérieur d'un groupe à la seule fin 
de procéder à des suppressions d'emplois". 
    Pour Virginie Devos, avocate en droit social au cabinet 
August Debouzy, le gouvernement va dans la bonne direction.  
    "Cette règle n'était pas adaptée à la réalité économique des 
entreprises. On pouvait se retrouver dans une situation où la 
filiale française était déficitaire et, pour autant, le motif 
économique était remis en cause parce que la situation du groupe 
était profitable", a expliqué l'avocate à Reuters. 
    "Un groupe ne peut pas continuer à subventionner des 
entreprises qui vont mal. Il faut parfois les restructurer. Si 
les résultats ne s'améliorent pas, ce sera au détriment des 
autres entreprises du groupe", poursuit-elle.  
    L'Assemblée a voté mardi en faveur du texte du projet de loi 
présenté par la commission mixte paritaire à 421 voix contre 74. 
Le texte doit encore être entériné jeudi par les sénateurs. 
  
 
 (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.