Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EXCLUSIF-AXA et dix-sept autres firmes renoncent au projet Nord Stream 2-document US
Reuters24/02/2021 à 20:27

par Timothy Gardner

WASHINGTON, 24 février (Reuters) - Le groupe français AXA

AXAF.PA , Baker Hughes BKR.N et seize autres sociétés ont progressivement réduit leur participation au projet de construction de l'oléoduc Nord Stream 2 et ne seront pas sanctionnés par Washington, selon un document que l'administration du président américain Joe Biden a transmis la semaine dernière au Congrès et que Reuters a pu consulter.

Gazprom GAZP.MM , le géant gazier détenu par l'Etat russe et principal promoteur de Nord Stream 2, s'évertue avec ses partenaires occidentaux à finaliser au plus vite l'oléoduc, qui doit acheminer du gaz naturel de la Russie vers l'Allemagne. Ils espèrent boucler les travaux cette année.

Joe Biden a dit le mois dernier qu'il considérait ce projet comme un "mauvais accord" pour l'Europe, et il s'y était déjà opposé lorsqu'il fût le vice-président de Barack Obama.

De nombreux représentants et élus aux Etats-Unis voient dans le projet une manière pour la Russie d'accroître son influence économique et politique sur l'Europe, en rendant celle-ci plus dépendante de son gaz. Nord Stream 2 permettrait à Moscou de fournir deux fois plus de gaz qu'à l'heure actuelle tout en contournant l'Ukraine, la privant d'importantes recettes de transit.

Premier producteur de pétrole au monde, les Etats-Unis aimeraient aussi constituer une alternative à la Russie en exportant vers l'Europe du gaz naturel liquéfié.

Le département d'Etat américain a déclaré vendredi au Congrès qu'il avait listé le pétrolier russe Fortuna et son propriétaire, KVT-RUS, dans le cadre d'une nouvelle loi prévoyant des sanctions pour toute collaboration aux travaux de Nord Stream 2. Des élus du Congrès opposés au projet ont toutefois souligné que les deux entités avaient déjà été sanctionnées par l'administration Trump et que de nouvelles sanctions n'empêcheraient pas l'oléoduc de voir le jour.

S'exprimant cette semaine devant la presse, le porte-parole de la diplomatie américaine a déclaré que le fait que les entreprises abandonnent le projet face à la menace de sanctions "démontre que les objectifs législatifs et nos mesures sont efficaces".

Ned Price a dit que le département d'Etat continuait de surveiller des entités "impliquées dans des activités potentiellement sanctionnables", indiquant que les sanctions étaient seulement l'un des "nombreux outils" pouvant être utilisés face au projet Nord Stream 2.

Baker Hughes, compagnie américaine de services d'exploitation pétrolière, a dit n'avoir aucun commentaire. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des autres entreprises.

Certaines des entreprises mentionnées dans le document de l'administration Biden, dont l'entreprise norvégienne DNV GL ou l'assureur suisse Zurich Insurance ZURN.S , avaient indiqué par le passé qu'elles se retiraient du projet Nord Stream 2 du fait des pressions américaines.

Voici la liste des entreprises citées dans le document de l'administration Biden:

AEGIS Managing Agency Ltd

Arch Insurance Ltd

Aspen Managing Agency Ltd

AXA Group AXAF.PA

Baker Hughes

Beazley Furlonge Ltd

Bilfinger

Canopius Managing Agents Ltd

Chaucer Syndicates Ltd

Chubb Underwriting Agencies Ltd

DNV GL

Hiscox Syndicates Ltd

Markel Syndicate Management Ltd

MS Amlin Underwriting Ltd

Munich Re Syndicate Ltd

Tokio Marine Kiln Syndicates Ltd

Travelers Syndicate Management Ltd

Zurich Insurance Group

(version française Jean Terzian, édité par Nicolas Delame)

Valeurs associées

AXA
Euronext Paris +0.77%
XETRA +1.56%
XETRA +0.49%
Swiss EBS Stocks -0.42%

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • berghof
    25 février01:37

    Tous ces lâches ont cédé devant le chantage amerloque. J'espère que ce chantier sera néanmoins achevé.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer