Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

EDF-La réforme reste "indispensable" malgré un S1 en nette hausse
information fournie par Reuters29/07/2021 à 10:43

(Actualisé avec conférence avec les analystes, cours de Bourse)

PARIS, 29 juillet (Reuters) - EDF EDF.PA a estimé jeudi que la réforme du nucléaire français et de son organisation restaient indispensables pour lui permettre de tenir son rang même si le groupe a enregistré des résultats en forte hausse au titre du premier semestre 2021, tirés par un rebond de la demande, de sa production nucléaire et des prix.

Ces annonces interviennent au lendemain des déclarations d'une source gouvernementale selon lesquelles un projet de loi sur la réforme, censée donner davantage de moyens à EDF pour investir, n'est "pas envisageable" actuellement en raison de désaccords persistants avec la Commission européenne.

"Nous regrettons que cette réforme qui est indispensable pour EDF ne puisse se conclure maintenant", a déclaré à des journalistes son PDG, Jean-Bernard Lévy, lors d'une conférence téléphonique.

"Le sujet de fond reste entier. Il est vrai que nous avons une performance économique meilleure que ce que nous avions prévu en début d'année (...). Aujourd'hui, la bonne qualité de notre production nucléaire, et aussi des prix un peu meilleurs que prévu, nous permettent d'envisager de passer une année 2021 et également 2022 dans des conditions moins tendues", a-t-il ajouté.

"Il n'empêche, et le gouvernement l'a souligné (...), qu'une réforme reste tout à fait indispensable pour qu'EDF puisse jouer tout le rôle qui doit être le sien (...). Notre court terme est assuré, notre moyen et long terme ne l'est pas si nous voulons jouer en première division."

Jean-Bernard Lévy a également estimé lors d'une conférence avec les analystes que les discussions entre Paris et Bruxelles reprendraient certainement après une pause estivale.

EDF a enregistré à fin juin un résultat net part du groupe de 4,2 milliards d'euros (contre une perte de 701 millions un an plus tôt), un résultat net courant de 3,7 milliards (multiplié par trois), un bénéfice avant intérêts, taxes, dépréciations et amortissements (Ebitda) de 10,6 milliards (+29,3%) et un chiffre d'affaires de 39,6 milliards (+14,1%).

ALLONGEMENT DE L'AMORTISSEMENT DES RÉACTEURS DE 1.300 MW

Le cash-flow du groupe s'est établi à -240 millions d'euros à fin juin 2021 (contre -1,8 milliard un an plus tôt) et son endettement financier net à 41,0 milliards (contre 42,3 milliards à fin 2020).

Le résultat net d'EDF a notamment bénéficié de l'allongement de la durée d'amortissement à 50 ans de ses 20 réacteurs nucléaires de 1.300 megawatts (MW) en France, à compter du 1er janvier 2021, à hauteur de 194 millions d'euros.

Le groupe, dont l'Etat détient 83,8% du capital, a globalement confirmé ses objectifs pour 2021 et 2022, partiellement revus à la hausse début juillet, qui incluent pour l'exercice en cours un Ebitda de plus de 17,7 milliards d'euros et une production nucléaire en France comprise entre 345 et 365 térawatts-heure (TWh).

Son objectif de ratio d'endettement financier net sur Ebitda pour la fin d'année 2021 est néanmoins relevé, à moins de 2,8 contre environ 3 précédemment.

Le directeur financier, Xavier Girre, a en outre déclaré aux analystes que, si les prix de marché à terme de l'électricité restaient au-dessus de 60 euros par mégawatt-heure (MWh) d'ici à la fin de l'année, l'effet positif pour EDF pourrait être de l'ordre d'un milliard d'euros en 2022 par rapport à 2021.

Vers 10h35, l'action EDF reculait de 2,72% à 10,54 euros à la Bourse de Paris.

(Reportage Benjamin Mallet et Ingrid Melander ; édité par Blandine Hénault)

Valeurs associées

EDF
Euronext Paris +1.10%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.