Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Les objectifs climatiques risquent d'être manqués, malgré la baisse temporaire des émissions liées au COVID-19, dit l'ONU
information fournie par Reuters16/09/2021 à 14:38

LES OBJECTIFS CLIMATIQUES RISQUENT D'ÊTRE MANQUÉS, MALGRÉ LA BAISSE TEMPORAIRE DES ÉMISSIONS LIÉES AU COVID-19, DIT L'ONU

LES OBJECTIFS CLIMATIQUES RISQUENT D'ÊTRE MANQUÉS, MALGRÉ LA BAISSE TEMPORAIRE DES ÉMISSIONS LIÉES AU COVID-19, DIT L'ONU

ZURICH (Reuters) - Le rythme du changement climatique n'a pas été ralenti par la pandémie de COVID-19 et le monde reste à la traîne dans sa lutte pour réduire les émissions de carbone, ont annoncé jeudi les Nations Unies.

Le ralentissement économique lié au coronavirus n'a entraîné qu'une baisse temporaire des émissions de CO2 l'an dernier et n'a pas suffi à endiguer la hausse du niveau de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, a déclaré l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

"Certains pensaient que les confinements dus au COVID-19 auraient eu un impact positif sur l'atmosphère, ce qui n'a pas été le cas", a déclaré Petteri Taalas, secrétaire général de l'OMM, lors d'un point de presse.

Les objectifs de réduction des émissions n'ont pas été atteints et il est de plus en plus probable que le monde ne parviendra pas à réaliser l'objectif fixé par l'Accord de Paris, à savoir ramener le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux pré-industriels, a déclaré l'OMM dans son rapport intitulé United in Science.

"C’est une année décisive pour l’action climatique", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué, ajoutant que les résultats nous montrent "de façon alarmante à quel point nous sommes éloignés du but."

"Cette année, les émissions émanant de combustibles fossiles ont rebondi, les concentrations de gaz à effet de serre ont continué à augmenter et de graves phénomènes météorologiques amplifiés par les activités humaines ont affecté la santé, les vies et les moyens de subsistance des populations de chaque continent", a-t-il déclaré.

La température moyenne globale au cours des cinq dernières années a été parmi les plus élevées jamais enregistrées, estimée entre 1,06 et 1,26°C au-dessus des niveaux pré-industriels (1850-1900).

(Reportage John Revill et Cecile Mantovani, version française Federica Mileo, édité par Jean-Michel Bélot)

5 commentaires

  • 16 septembre15:25

    vont arreter avec ce truc ... on en a marre de payer des taxes pour permettre aux francais qui ont de l argent de s acheter des voitures electriques moins cheres ... je sais que ca fait plaisir à nos industriels mais bon on veut plus donner ...